X25 : 1976 – 2007 ?

Comme le signale Stéphane, l’UIT (union internationale des télécommunications), dans un accès de générosité voire de lucidité, vient de mettre en accès libre (libre comme dans bière gratuite) l’ensemble de ses normes.

Par un joli clin d’oeil de l’histoire, cela s’est réalisé via… Internet, le réseau informatique tant honni par cette honorable institution détentrice du savoir universel en matière de réseaux de télécommunications.

Cette ouverture nous donne accès à beaucoup de protocoles délicieusement surannés et, en un sens, signe la défaite d’un certain nombre d’entre eux. En particulier celle du bon vieux X25, autrefois ennemi juré de TCP/IP, dont le titre complet de la norme ne s’invente pas : INTERFACE ENTRE ÉQUIPEMENT TERMINAL DE TRAITEMENT DE DONNÉES ET ÉQUIPEMENT DE TERMINAISON DE CIRCUIT DE DONNÉES POUR TERMINAUX FONCTIONNANT EN MODE PAQUET ET RACCORDÉS PAR CIRCUIT SPÉCIALISÉ À DES RÉSEAUX PUBLICS POUR DONNÉES.

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1JHbsFht2vYL1CNzj67xSjNwhFyC4GS8ZB

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

One thought on “X25 : 1976 – 2007 ?”

  1. Ce titre très long fait référence à une particularité de X25 : contrairement à IP, ce n’est pas un protocole conçu pour être utilisé de bout en bout mais un protocole d’ACCÈS à un réseau public (qui, lui, en interne, peut utiliser n’importe quoi).

    L’une des grandes idées d’IP est justement d’avoir pensé que les opérateurs et les simples clients pouvaient utiliser le même protocole. Idée toute bête mais qui avait complètement échappé à l’UIT.

Comments are closed.