Category Archives: thd

FTTH en France, saison 6 : du rififi chez le syndic, relance du dossier et repérage v2

(suite de la  saison 5)

Vous vous souvenez de l’épisode précédent, où l’assemblée générale de copropriété avait voté la signature d’une convention avec un nouvel opérateur d’immeuble, SFR.

Ensuite, rien pendant près de 6 mois.

Jusqu’à ce que j”entreprenne d’appeler, le 3 juin dernier, le syndic pour m’enquérir de l’avancement du dossier.

Le responsable du suivi de l’immeuble ayant quitté le syndic, et les dossiers n’ayant pas été transmis correctement à son successeur, la convention fibre a été enterrée ou perdue, bref, oubliée jusqu’à ce que je m’en inquiète.

Après quelques jours d’attente sans nouvelle, j’ai dû passer en mode “harcèlement”, c’est à dire en gros 4 relances téléphoniques et 2 emails pour obtenir une réponse. Le syndic a fini par recontacter SFR pour récupérer un nouveau contrat, le remplir, le signer et l’envoyer.

J’ai alors pris soin de donner mon numéro de téléphone portable au syndic en lui disant que je prenais tout en charge pour les visites. Pour le dire moins diplomatiquement : faire ce qui théoriquement relève de son boulot. Curieusement, cela semble avoir accéléré les opérations. C’était bien le but.

C’est donc hier 24 juin que je reçois, impromptu, un coup de fil d’une des entreprises responsables pour SFR des visites de repérage avant pose de la fibre, qui me proposait de passer immédiatement, 20 à 30 minutes plus tard. Inutile de dire qu’après 5 ans d’attente, on fait tout pour ne pas louper un tel rendez-vous. Par chance cela tombait dans mes horaires de disponibilité.

En quoi consiste une visite de repérage ?

– passer en revue, immeuble par immeuble et étage par étage, le nombre d’appartements à desservir et l’emplacement des placards et gaines techniques (principalement courants faibles : télécoms et câble télévision) pour y poser le câblage vertical fibre et les raccordements vers les appartements, et réaliser des schémas succincts de chaque pallier : couloir, appartements, ascenseur, escalier, placards.

– repérer au sous-sol les arrivées eau, égouts et/ou France Télécom pour identifier les points d’adduction (arrivée des fibres depuis l’extérieur) existants et possibles ;

– repérer les passages de câbles existants ou à poser pour pouvoir y installer de nouveaux câbles reliant le point d’adduction choisi aux gaines techniques des différents immeubles, et en faire un schéma. Chez nous, la liaison entre les deux immeubles est possible via un parking souterrain ;

– trouver un emplacement pour la pose du “point de mutualisation” où les fibres des différents opérateurs parviennent avant de desservir les étages. Chez SFR cela se concrétise par la pose de 3 petits coffrets dans les parties communes ;

– réaliser des photographies de tous les emplacements stratégiques suscités, ainsi que des plans d’évacuation incendie des sous-sols et rez-de-chaussée qui permettent d’avoir des plans exacts et relativement détaillés ;

– consigner le tout dans un rapport écrit (incluant un état des lieux avant travaux), qui servira de document de référence aux installateurs.

Note amusante, le point d’adduction choisi par SFR est le point d’arrivée des câbles France Télécom, alors que Free avait choisi d’arriver par les égouts, dans le “local eau” de la copropriété. Le point de mutualisation ne sera donc pas posé à côté de l’arrivée fibre Free horizontale.

Toute l’opération de repérage a pris un peu plus d’une heure pour une copropriété de 34 appartements, pendant laquelle il a fallu accompagner l’intervenant pour le guider dans sa visite.

Le délai annoncé avant pose est d’environ 3 à 5 semaines.

On m’a dit qu’avec un peu de chance cela sera peut-être possible avant le 14 juillet…

Jje croise les doigts, je touche du bois, j’ai préparé les cierges et j’immole chaque soir des paquets IPv4 et IPv6 sur un bûcher de jeunes commutateurs réseau.

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

16phNbFcrXSX9LA1zzSv9jqocyYG3QzBuQ

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Installation de la fibre (FTTH), suite de la saison 5

(Suite du parcours du combattant de l’abonné FTTH français en copropriété)

Les choses avancent : la nouvelle résolution d’assemblée générale a été votée le 17 décembre, donnant mandat au syndic et au conseil syndical pour signer les conventions de pose avec un opérateur d’immeuble quelconque (résolution sans nom d’opérateur afin de pouvoir continuer en cas de désistement sans avoir à attendre la prochaine AG ni une assemblée générale extraordinaire).

La convention SFR va donc être signée et envoyée incessamment.

Suite : FTTH en France, saison 6 : du rififi chez le syndic, relance du dossier et repérage v2

 

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1FZSYdtwuJ4RYK4BmBHpnykN26BJGN7PaM

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Le parcours du combattant de l’abonné FTTH français en copropriété

(suite de mes pérégrinations débutées ici)

Les opérateurs délivrant de la fibre jusqu’à l’abonné (dite “FTTH”) sont au nombre de 3 :

  • FT/Orange
  • SFR
  • Free

On peut y ajouter Numéricâble qui est un cas particulier. Numéricâble est un cablo-opérateur de télévision qui a ajouté à son offre, à la fin des années 90, l’accès à Internet utilisant la technologie DOCSIS. Il ne délivre pas de la fibre jusqu’à l’abonné mais du câble coaxial cuivre pour télévision (quoiqu’il semblerait que Numéricâble fournisse maintenant de la “vraie” fibre FTTH mais je n’en sais pas plus).

Alors comment obtenir la fibre chez soi ?

Signature d’une convention avec un opérateur d’immeuble (OI)

Pour cela, il faut procéder au vote d’une résolution en assemblée générale. Le plus économique est de le faire lors de l’assemblée générale annuelle, afin de ne pas multiplier les convocations coûteuses.  Cette résolution donne l’autorisation au syndic d’immeuble de signer une convention avec un opérateur.

Or, les opérateurs se déplacent rarement avant d’avoir une convention signée, et ne peuvent vérifier la faisabilité technique qu’en se déplaçant.

Par ailleurs, comme je l’ai expliqué précédemment, Free s’est retiré de l’activité d’opérateur d’immeuble, et les autres opérateurs semblent éviter de (ou ne peuvent) se rendre dans les immeubles où Numéricable a été choisi comme opérateur d’immeuble.

Les deux seuls fournisseurs d’accès également opérateurs d’immeuble existant à Paris (et a priori c’est le cas par défaut dans toutes les grandes villes, à part les exceptions locales) à l’heure actuelle sont donc SFR (voir ici) et Orange (ici).

Mais il existe la possibilité d’être simplement opérateur d’immeuble sans être fournisseur d’accès, c’est par exemple ce qui se passe dans les Hauts de Seine avec Sequalum (merci à J.-B. Favre). On peut même imaginer des syndics d’immeuble qui seraient leur propre opérateur.

De plus, il est évidemment impossible d’être certain qu’un opérateur pressenti installera effectivement la fibre. Il a 6 mois pour le faire, après quoi la convention est caduque et il faut procéder à la signature avec un autre opérateur, en général à l’assemblée générale annuelle suivante. Sauf convocation exceptionnelle on peut donc perdre un an, c’est ce qui est arrivé dans ma copropriété.

Il est donc conseillé de rédiger une résolution d’AG “générique”, du style “accord de principe pour signer une convention avec un opérateur pour la pose de fibre, avec pouvoir au conseil syndical pour le choix de l’opérateur”, plutôt qu’une résolution nommant explicitement un opérateur.

Arrivée de l’opérateur d’immeuble

Une fois la convention signée, dans un délai de 6 mois, l’opérateur va venir :

  • effectuer un repérage des lieux pour le câblage horizontal (arrivée en bas d’immeuble) et le câblage vertical (relier les étages) et faire viser un dossier de travaux par le syndic d’immeuble ;
  • tirer une fibre de son réseau métropolitain jusqu’au bas d’immeuble
  • installer en bas d’immeuble un “point de mutualisation” permettant aux autres opérateurs de desservir l’immeuble
  • installer le câblage dit “vertical” pour desservir chaque bâtiment et chaque étage

Ces opérations prennent un certain temps. La pose effective du câblage vertical demande 1 ou 2 jours de travaux.

Création d’un accès abonné

Tout n’est pas encore prêt pour s’abonner à n’importe quel opérateur. !

  • cas le plus simple : on souhaite s’abonner à l’opérateur d’immeuble. Celui-ci envoie alors un technicien qui va procéder au raccordement de l’appartement, en posant un câble optique de l’armoire de palier (desservie en câblage vertical) jusqu’à l’appartement. Eh oui, les appartements ne sont pas systématiquement raccordés complètement lors du câblage vertical, en raison des coûts induits et des contraintes logistiques d’accès !
  • cas plus compliqué : on souhaite s’abonner à un autre opérateur.. C’est possible. Il faut alors que celui-ci pose à son tour une fibre horizontale jusqu’au bas d’immeuble, ou qu’il réutilise une fibre horizontale existante posée par un opérateur déjà présent (ce cas semble rare mais il existe entre SFR et Orange, voir les commentaires), puis se mette en contact avec l’opérateur d’immeuble pour être raccordé au point de mutualisation local. Il ne lui reste alors plus, comme ci-dessus, qu’à poser du câblage d’étage pour desservir l’appartement désiré.

Les délais ?

Il faut d’abord penser à intégrer une résolution à l’ordre du jour de l’assemblée générale suivante. Délai légal de convocation : 1 mois (il n’y a pas si longtemps, il me semble me souvenir que c’était seulement 2 semaines…)

Puis, si la résolution est votée, signer et envoyer la convocation, et attendre le passage de l’opérateur pour le repérage : de 1 semaine à 1 mois (estimation au doigt mouillé)

Puis pour les travaux : de 1 semaine à un mois pour attendre son tour (estimé aux entrailles de poisson), puis 1 ou 2 jours de pose horizontale + verticale.

Puis , pour un abonnement à l’opérateur d’immeuble ou un opérateur déjà présent : de 1 semaine à 1 mois (estimation marc de café), 1 ou 2 heures de pose.

Pour un abonnement à un autre opérateur non présent : repérage + pose fibre horizontale, de 1 à 3 mois (estimation astrologique), raccordement au point de mutualisation après accord avec l’opérateur d’immeuble : quelques semaines, pose chez l’abonné : idem ci-dessus.

Les totaux sont assez déprimants :

  • presque 2 mois d’attente dans le meilleur des cas, si l’on a la chance de s’y prendre juste avant l’AG et dans les délais.
  • probablement plutôt 3 à 4 mois si l’on fait vite côté immeuble et syndic mais que l’opérateur prend du temps ;
  • au pire, 8 à 9 mois si l’on fait vite côté immeuble et syndic mais que  l’opérateur ne réalise les travaux qu’à la fin de son délai de 6 mois
  • à quoi il faut ajouter 11 mois pour attendre la prochaine AG annuelle si elle vient juste d’avoir lieu

Ajoutez un mauvais suivi de la part du syndic (cas très fréquent), une mauvaise compréhension des procédures, un opérateur faisant faux bond, et vous pouvez facilement perdre des années supplémentaires.

Ainsi dans notre immeuble les démarches (signature de la première convention) ont été initiées en mars 2008 ; 4 ans 1/2 plus tard il faut tout reprendre à zéro.

Conclusions

  • ne pas s’étonner de la faible demande pour la fibre, vu le parcours du combattant qui précède et demande une sérieuse motivation de la part du syndic d’immeuble et conseil syndical, les opérateurs ne venant absolument solliciter personne.
  • ne pas s’étonner du retard français

Sans être grand devin, il est facile de voir que ce retard ne sera pas résorbé dans les années qui viennent, bien au contraire, puisque :

  • aucun changement législatif ou organisationnel ne semble actuellement en préparation pour simplifier cette procédure ;
  • le sujet qui intéresse l’ARCEP et les opérateurs est le déploiement du VDSL2, qui à moindre coût donnera une “seconde vie” au cuivre du siècle dernier ;
  • les opérateurs préfèrent investir dans la téléphonie mobile 4e génération (LTE), potentiellement plus rémunératrice.

Et grands merci à @_Galak_ et @lprevosto (sur Twitter) ainsi que l’assistance SFR qui m’ont grandement aidé à mieux comprendre ce qui précède…

Quant à Orange, c’est l’électroencéphalogramme totalement plat, aucune nouvelle d’eux directe ou indirecte, 9 jours après le premier contact avec l’assistance qui m’a assuré afin de me forcer à raccrocher que l’on allait “me rappeler”.

Mise à jour : suites

FTTH en France, saison 6 : du rififi chez le syndic, relance du dossier et repérage v2

Installation de la fibre (FTTH), suite de la saison 5.

 

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

18CCE4bpyqcE2e43P4DqMYNTPq6idB8KEc

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂