Le VDSL2, ou le haut débit pour ceux qui l’ont déjà

Bon, celle là je la fais rapide, parce que je n’ai pas le temps de fignoler les références.

J’espère ne pas trop proférer d’énormités, les experts sont bienvenus pour me corriger si nécessaire dans les commentaires.

Nos fournisseurs d’accès nationaux annoncent en grande pompe le déploiement national du VDSL2 ce 1er octobre, sous le haut patronage de l’ARCEP qui a bien voulu les y autoriser (on est en France, on n’est pas là pour déployer n’importe quoi sans l’aval des autorités et la validation de France Télécom qui a encore la mainmise sur le réseau cuivre).

Le VDSL2, en gros, c’est une évolution de l’ADSL qui permet des débits plus élevés en changeant le matériel électronique à chaque extrémité, c’est à dire d’une part du côté du central téléphonique (vulgairement appelé NRA, nœud de raccordement d’abonnés) dans un équipement appelé DSLAM ; d’autre part à l’autre bout du côté de chez nous, c’est à dire dans le modem ou la box ADSL.

Le VDSL2 est présenté comme une manière économique d’accéder quasiment aux débits de la fibre optique, sans avoir à tirer pour cela de nouveaux câbles dans la voirie.

Et ce n’est pas faux, mais ce n’est pas tout à fait vrai non plus.

Car le VDSL2 n’est intéressant qu’en deçà d’une longueur de ligne de 1200 à 1500 mètres (Free place la barre à 1200 mètres). Habitant pourtant en zone très dense, en plein Paris, je suis à 1279 mètres de mon NRA. Dommage. En même temps, cela m’évitera la tentation de perdre mon temps avec cette technologie temporaire.

Autrement dit, le VDSL2 n’est intéressant (à condition d’avoir une box récente, le supportant) que pour les gens qui ont déjà de l’ADSL de très bonne qualité, profitant déjà de 15 à 20 Mbps en lien descendant. Ce sont donc, déjà, les plus privilégiés des abonnés cuivre.

En zone rurale ou moins dense, la norme est plutôt aux longueurs de ligne de 3 à 10 km. Autrement dit, les déjà moins bien connectés (qui bénéficient royalement de débits de 512 Kbps à 2 Mbps)  le resteront tant qu’ils n’auront pas la fibre.

En revanche, on peut établir des petits locaux de répartition intermédiaires, reliés généralement au NRA par une fibre optique, et qui permettent de réduire la longueur du cuivre jusqu’à l’abonné final, afin de profiter au mieux des progrès du VDSL2. Cette petite contrainte fait partie quasi-intégrante de la technologie. Mais cela réclame des travaux et donc, à l’heure actuelle, le VDSL2 qui est testé depuis près d’un an n’est pas déployé de cette façon.

De mon côté j’attends, donc, toujours la fin de pose de la fibre chez moi, le seul vrai support de transmission d’avenir.

Voilà.

Mise à jour : un article sur ZDNet beaucoup plus détaillé montrant que les locaux de répartition ne sont même pas possibles en France.

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1EwoCoBeS3fkUV7W1wseKCc1RF75bF6HB6

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

5 thoughts on “Le VDSL2, ou le haut débit pour ceux qui l’ont déjà”

  1. La longueur de la ligne n’est pas le seul critère pour l’éligibilité au VDSL2.

  2. Pour info le VDSL2 c’est pas une évolution de la norme ADSL mais une autre norme du DSL (ou xDSL).
    Le débit d’une fibre c’est au minimun 1Gbits symétrique quand tu as une fibre dedié (P2P), soit au minimum 1.2Gbit/s en down 155Mbits en up quand tu passes en GPON.
    Après les offres fibre du moment c’est du foutage de gueule (puis y a pas que le débit jusqu’au NRO, faut aussi avoir le backbone de l’opérateur qui suit mais ça c’est une autre histoire).

    SInon là où c’est con pour le VDSL2 c’est qu’un mec à 1199m du central avec des câbles pourris il va essayer la synchro VDSL2 pour être déçu et toi à 10m plus loin avec des câbles neuf tu ne peux pas l’activer…

  3. Il y a aussi un critère de ligne directe. Et conraitrement à ce qu’on lit parfois, une ligne courte n’est pas forcément directe…

    Ma ligne de 435 m indirecte en est la preuve…

    Mais c’est vrai que pour le download je suis déjà privilégié. Par contre le choix du modèle consumériste fait que le débit en upload est très limité, j’espérais une augmentation de ce côté là.

    C’est d’ailleurs contradictoire de promouvoir le cloud sur un ADSL très asymétrique…

  4. @Xavier ah ?

    @aplu : oui j’admets que j’ai un peu simplifié, par “évolution de l’ADSL” j’entendais que l’abonnement ADSL passait direct en VDSL ;). Pour le 1Gb/s, les discussions font également rage sur ce que ça veut dire, les services marketing ont tendance à se lâcher un peu trop…

    @Erwan ça je l’ignorais, on peut le savoir comment ? Ça correspond à quoi, jarretiérage dans des coffrets intermédiaires ?

  5. @aplu

    Oui mais ça c’est valable aussi pour l’ADSL (avec la TV) .

    La base d’éligibilité de France Télécom est bourrée d’erreurs et d’approximations statistiques, qui font que certaines personnes sont éligible à une TV inregardable en pratique alors que d’autre ne le sont pas malgré le fait que, si l’on avait essayé, ça aurais marché.
    Sans compter la limite arbitraire en distance ou en atténuation, qui créé les zones blanches: La encore en pratique , sans tester on ne sais pas si la ligne aurait synchronisé en ADSL ou pas.

Comments are closed.