Category Archives: bitcoin

Combien d’électricité (donc de CO2) consomme le minage de Bitcoins ?

(mis à jour après calculs remis au carré)

On commence à lire des articles expliquant que le Bitcoin émet tant de CO2 qu’il va détruire la planète (je plaisante à peine).

Cf celui-ci par exemple où Michael Carney utilise le cours en $ du Bitcoin pour estimer son empreinte CO2… ce qui ne semble pas tenir debout une seconde.

Car les consommations et efficacités électriques du matériel de hachage sont documentées sur le wiki Bitcoin.

Ce graphique sur blockchain.info nous indique qu’actuellement, le réseau Bitcoin dans son ensemble calcule environ 9 millions de milliards (giga ou G) de hachages par seconde.

Soyons pessimistes et supposons que tout le monde (en moyenne) utilise un matériel rapide mais peu efficace électriquement, les cartes graphiques, à environ 1 Mhash/Joule. Son efficacité est similaire à celle des CPU mais bien moindre que les FPGA ou ASICs.

Bien sûr, en réalité, tout le monde dans le réseau Bitcoin n’utilise pas le même matériel.

À raison de 9 millions de Ghash/s, et 1 Mhash/Joule, nous consommons au pire 9/1 = 9 milliards de Joules par seconde pour l’ensemble du réseau. Or 1 Joule = 1 Watt.seconde.

Autrement dit le réseau consomme au maximum 9 GW (ce qui représente environ 7 tranches de centrales nucléaires françaises), soit pour une journée 9*24 = 216 GWh. Si je vous fais le KWh à 0,10€, la facture électrique est donc au maximum de 21,6 M€ (millions d’euros) chaque jour. Pas donné.

D’autre part, nous savons qu’actuellement le réseau “gagne” 25 bitcoins par bloc, avec un intervalle de 10 minutes, soit 6*25 par heure, soit 24*6*25 = 3600 bitcoins par jour.

21,6 M€ à dépenser en électricité pour gagner 3600 bitcoins, ce n’est pas du tout intéressant, même au cours actuel. On comprend pourquoi personne n’utilise plus de CPU ni cartes graphiques pour les calculs.

Si nous prenons des circuits plus efficaces, par exemple des ASICs type Avalon, à 117 MHash/J, nos coûts électriques sont divisés par 117 : plus que 77 MW de puissance instantanée pour tout le réseau (à peine une vingtaine de locomotives électrique), soit environ 1900 MWh consommés chaque jour, et une facture électrique d’environ 185 K€ pour 3600 bitcoins, soit 51€ par Bitcoin. C’est beaucoup plus séduisant.

Et enfin, si nous prenons le nec plus ultra actuel en efficacité, le Black Arrow Prospero X-3 qui nous offre 1792 MHash/J, nous ne consommons plus que 5 MW à peine : une grosse locomotive électrique. Pour la journée, et toujours la même quantité de 3600 bitcoins, la facture s’élève à 120 MWh soit la modique somme de 12 K€ seulement.

De son côté, blockchain.info sur sa page de statistiques indique actuellement (mise à jour : indiquait, car la valeur correspondante a été supprimée après cet article) 140 GWh, qu’on suppose être une consommation journalière. En raison d’une confusion entre les watts par gigahash (ce qui ne veut rien dire) et les watts par gigahash/heure, le calcul peut être considéré comme exact si on suppose une efficacité de 1,54 Mhash/J.

Le calcul (faux) de blockchain.info est : 9 000 000 Ghash/s * 650 W (??) * 24 (heures)  = 140 GWh chaque jour

Le calcul correct donnant le même résultat serait : 9 000 000 Ghash/s /1,54 Mhash/J * 24 h = 140 GWh chaque jour.

On voit donc que le calcul de blockchain.info correspond proportionnellement à l’utilisation de matériel d’une efficacité électrique de 1,54 Mhash/J, similaire d’après la liste citée ci-dessus à celle d’un CPU, c’est à dire très faible et irréaliste à ce stade de développement du réseau Bitcoin.

On voit également l’importance d’optimiser l’efficacité électrique du matériel de minage.

Je n’ai pas pris en compte la nécessité d’un ordinateur autour du matériel : j’ai supposé qu’il était “partagé” pour faire autre chose en même temps ; le prendre en compte fait bien sûr augmenter la consommation réelle. Je n’ai pas pris non plus en compte les climatisations et ventilations éventuellement nécessaires, qui peuvent représenter un surcoût électrique allant jusqu’à 100%.

Je remercie Kevin Decherf qui m’a aiguillé sur les statistiques de consommation électrique de blockchain, et nous nous sommes arraché les cheveux ensemble pour comprendre à quoi correspondaient les résultats affichés 🙂

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

194hqbSFVUeiZJ9y2FwvNPfSAVcLaPteJj

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Bitcoin, ce n’est pas qu’une question d’argent

À force de lire des articles ici ou la sur Bitcoin et la spéculation, on finit par croire qu’il n’y a que ça à en dire, et qu’il n’y a que lui.

D’abord, la spéculation : oui, il y en a. Si le Bitcoin n’était pas monté à $1000 au mois de novembre, on n’en parlerait sûrement pas autant aujourd’hui.

Mais il ne faut pas surtout pas oublier, en vrac :

  • que le Bitcoin est la première monnaie non centralisée ;
  • qu’il s’inspire des technologies pair-à-pair ;
  • que son procédé représente de réelles avancées théoriques en matière d’informatique répartie ; le Bitcoin n’est pas juste un logiciel écrit en vitesse sur un… coin de table à la fin d’un repas bien arrosé.
  • qu’il existe donc, maintenant, de nombreuses autres crypto-monnaies bâties sur ce modèle plus ou moins modifié ;
  • et surtout, que les avancées citées plus haut ont bien d’autres applications que la création de monnaie !

Car le fonctionnement du Bitcoin se fonde sur un journal de transactions réparti et sécurisé, horodaté et inaltérable.

Si la première application en est la monnaie, il y en aura bien d’autres. C’est une certitude.

Par exemple les registres de toutes sortes, actuellement centralisés : déjà le namecoin s’intéresse aux noms de domaine, dans un mélange assez curieux.

Mais on peut imaginer de transposer ainsi une bonne part de tous les registres administratifs. Registre des naissances, de propriété, notariat, preuves d’antériorité, authentification de documents…

Bref, le Bitcoin est beaucoup plus qu’une simple évolution de la monnaie.

On n’a pas fini de voir des industries entières forcées de réviser leur activité, un nouveau point commun entre le Bitcoin et Internet.

Les levées de boucliers commencent donc à peine.

1 tip so far
0.005 BTC

Like this post? Tip me with bitcoin!

1GjwruvHQp9QyQwK1T9wepDj4uStytRV5q

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Comprendre le minage Bitcoin

Ayant poursuivi mes réflexions après mon article précédent, je me suis intéressé au fonctionnement du minage de bitcoins.

Pour commencer, une petite démonstration de mathématiques

Supposons que vous ne soyez pas très bon en maths et que vous ne connaissiez que la multiplication, pas la division.

Par quels chiffres doit-on compléter les xxx dans 4025249123xxx pour que le résultat de sa multiplication par 7 se termine par 30 ?

Le plus simple est d’essayer les combinaisons une par une :

  • 4025249123000 x 7 = 28176743861000
  • 4025249123001 x 7 = 28176743861007
  • 4025249123002 x 7 = 28176743861014
  • 4025249123003 x 7 = 28176743861021
  • 4025249123004 x 7 = 28176743861028
  • 4025249123005 x 7 = 28176743861035

En continuant ainsi on finit par tomber sur une bonne combinaison :

  • 4025249123090 x 7 = 28176743861630

Mais ce n’est pas la seule, on aurait pu également trouver :

  • 4025249123190 x 7 = 28176743862330

Une fois la solution trouvée, n’importe qui sachant calculer une multiplication peut la vérifier très rapidement.

Revenons à nos bitcoins…

Ce qui précède, c’est le principe général du “travail” Bitcoin, qui permet simultanément de rendre compliquées la création de monnaie et la validation des transactions, afin que n’importe qui ne fasse pas n’importe quoi, tout en rendant très facile leur vérification.

À la place de la multiplication par 7, on utilise une fonction de cryptographie appelée un hachage, ici SHA256, qui à partir d’un paquet de données binaires produit 256 bits de résultat (d’où son nom), d’une manière qu’on ne sait pas inverser. Ce genre de fonction est abondamment utilisé pour des signatures électroniques : le seul moyen pour trouver un paquet en entrée fournissant la sortie voulue, c’est de faire un grand nombre d’essais au hasard en appliquant la fonction (on dit force brute).

Ainsi le hachage SHA256 du paragraphe qui précède est 2756436ec1d5614b9e22840bf4f5bbbc580c897973d1e4607dc0a723f8d75073. En enlevant juste la première lettre, on obtient 6b8dc910fa3b2c8e3d40244869d5e1a5fe7753a1862eed5a306d2fceb6fe60fb.

À la place du nombre à compléter, on utilise une liste de transactions Bitcoin déjà signées par les clés des émetteurs, avec un emplacement à remplir appelé la nonce. (en fait le principe est similaire mais un petit peu plus compliqué, voir ce billet chez Turblog pour des détails techniques plus précis).

Au lieu de chercher un nombre se terminant par 30, on cherche un nombre inférieur à une certaine valeur, donc commençant par un certain nombre de zéros.

Et tous les ordinateurs du réseau Bitcoin cherchent simultanément des solutions à ce paquet, ce qui revient en gros à effectuer des tirages au sort vérifiables a posteriori.

En fait, plus précisément, chaque ordinateur cherche sa solution : car dans le paquet, il indique la transaction vers son compte, qui bénéficiera des Bitcoins qui rémunéreront son travail pour le paquet. Donc chacun trouve des valeurs SHA256 totalement différentes.

Le premier à trouver une solution a gagné. Il empoche le nombre de Bitcoins attribués au paquet (25 actuellement, 50 au début, et ce nombre va se réduire au fil du temps), et les commissions sur toutes les transactions du paquet.

La difficulté du problème (le nombre de chiffres prédéterminés dans la sortie) est ajustée afin qu’en moyenne, un nouveau paquet soit calculé toutes les 10 minutes.

Quel intérêt concret à être mineur ?

Évidemment, les ordinateurs rapides sont avantagés, et après l’exploitation des capacités de calcul rapide des cartes graphiques 3D, il existe maintenant des circuits électroniques spécialisés pour calculer beaucoup plus vite des hachages de paquets Bitcoin. Après les FPGA (circuits reprogrammables par le client), plus rapides moins gourmands en électricité (merci à Y. Rougy pour la précision) que les cartes graphiques, le Bitcoin est entré dans l’ère des ASIC (circuits intégrés classiques, fabriqués en usine pour cette application particulière, beaucoup plus rapides).

Ainsi, à la difficulté actuelle, il faudrait en moyenne 6882 années à mon ordinateur de bureau (14 millions de hachages par seconde) pour trouver un bloc et gagner 25 bitcoins. C’est ce que me dit ce calculateur de minage. Côté Litecoin, les algorithmes et difficultés sont différents, il ne me faudrait qu’environ 11 ans d’après https://www.litecoinpool.org/calc.

Pour comparaison, avec les circuits spécialisés les plus rapides du moment cités sur cette page de comparaison des performances matérielles, il faut environ 4 jours par bloc Bitcoin.

Plus il existe d’ordinateurs dans le réseau, et plus ils sont rapides, plus la difficulté est augmentée afin qu’il ne soit pas trop facile de créer de la monnaie et que le rythme moyen reste constant. Je ne sais pas si la réciproque est vraie (mais je pense que oui, le protocole semblant bien pensé) : on peut imaginer que la force de calcul se réduise soudainement, soit par disparition d’une équipe de mineurs, soit par panne, etc.

Il existe en tout cas une véritable course aux capacités de calcul : l’ajout de capacité avantage celui qui la détient, mais pousse la difficulté générale à la hausse, toutes choses égales par ailleurs en termes de services effectifs rendus.

La rentabilité du minage de bitcoins dépend du cours de celui-ci, de la difficulté des calculs et des coûts d’investissement et de fonctionnement (électricité et climatisation, notamment). Si l’activité est très rentable, elle attirera beaucoup de mineurs, ce qui en réduira mécaniquement la rentabilité de deux manières, augmentation de la difficulté et répartition des gains sur un plus grand nombre de mineurs.

Groupes de minage ou minage solo

Il existe un écueil au minage : les temps élevés pour découverte d’un bloc. On gagne beaucoup, mais très rarement, et rien du tout la plupart du temps. C’est pour cela que des groupes se constituent, visant à multiplier les chances de récupérer des blocs, et lissant les gains en les répartissant au sein du groupe.

Cette page sur le wiki Bitcoin présente plus en détail l’activité des groupes de mineurs, et ce comparatif décrit les groupes, notamment les différentes façons de répartir les gains.

La gestion de groupes introduit un autre problème intéressant : le taux de découverte de bloc étant très faible, comment s’assurer que les mineurs qui ne trouvent pas cherchent effectivement et ne sont pas des parasites qui ne viennent qu’empocher leur part des gains ? Des méthodes ont été inventées pour donner des preuves de travail.

Solo = Loto ?

Pour rire, j’ai voulu comparer les espérance de gain du minage en solo à celles, assez similaires, d’un gain de 5 numéros au Loto pour quelqu’un qui jouerait une fois par semaine.

Sauf erreur de ma part, donc :

  • gain (calculé sur un cours de 600€ par bitcoin soit 25 bitcoins = 15 000€) environ 6 fois plus faible
  • chances de gain 3 fois plus élevée (temps moyen par bloc : 6882 ans au lieu de 20 000 ans environ)
  • dépense équivalente : en supposant une consommation de l’ordinateur d’environ 100 W donc 16,8 KWh chaque semaine, soit 2,23€, contre 2€ la grille de Loto.
  • et je n’ai pas inclus le coût d’acquisition et d’amortissement de l’ordinateur.
  • il faut ajouter, aux gains du Bitcoin, les commissions de transaction, qui représentent relativement peu actuellement (environ 0,2 à 0,4 bitcoin par bloc en général ; tout cela est visible sur blockchain.info)

Je précise que cette évaluation à la louche ne tient pas compte d’autres facteurs potentiels, notamment les refus peut-être plus probables d’un bloc si votre ordinateur est vraiment très lent, ou des délais de transmission, qui réduisent peut-être notablement les chances effectives de gains. En effet je n’ai jamais trouvé un bloc Bitcoin de ma vie, ce qui n’est pas étonnant quand on sait que je n’ai pas beaucoup tenté ma chance.

Si on intègre les rapports complets du Loto (tous les gains, pour toutes les combinaisons de chiffres), c’est moins glorieux pour le Bitcoin. En effet, au Loto on peut espérer récolter environ 1€ par semaine, soit 358 000 euros en 6882 années, ce qui représente 24 fois les gains en Bitcoin au cours actuel.

Mais, quand on se rappelle que tout cela chatouille gentiment les pieds des États, des banques centrales et des banques de détail, ce que ne fait pas du tout le Loto, on conviendra que cette satisfaction immatérielle a elle aussi une certaine valeur.

Commentaires et corrections bienvenus, bien entendu.

1 tip so far
0.00088101 BTC

Like this post? Tip me with bitcoin!

1Q8DATVZc3NsrTa26oRCNy3H2CaqaMBJnM

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Petit cours de Bitcoin pour les nuls

Bitcoin, créé en 2009 et dont on a beaucoup parlé en 2013, est la première monnaie électronique non centralisée. On dit aussi parfois crypto-monnaie ou monnaie virtuelle, mais ce dernier terme est un peu fourre-tout.

Comme je me suis arraché les cheveux ces derniers temps pour en comprendre le minimum syndical, j’ai pensé en faire un article résumant ce que j’ai appris afin qu’il bénéficie à tous.

Pour les bases techniques et historiques, je vous invite à lire l’article de Wikipédia. ainsi que la série de billets de Turblog. Mais comme ceux-ci sont assez techniques, une explication plus concrète est utile.

Bitcoin est la première réponse sérieuse à un problème complexe : comment créer l’équivalent numérique d’une monnaie physique, sans que celle-ci soit liée à une autorité centrale ? Cette dernière rend le problème trivial : les monnaies virtuelles sont légions, notamment dans les jeux en ligne.

C’est à dire que l’on cherchait une monnaie :

  1. échangeable facilement et sans frais de personne à personne
  2. difficile à falsifier
  3. utilisable et échangeable de façon plus ou moins anonyme, comme l’argent liquide
  4. non duplicable, c’est à dire utilisable une seule fois
  5. utilisable sans passer par une autorité centrale
  6. d’une valeur reconnue

Et de préférence échangeable à distance, à travers Internet par exemple

Bitcoin est la première solution mise en œuvre à grande échelle avec un succès relatif, c’est ce qui fait son intérêt.

Il est très facile et maintenant banal de réaliser le point 2,  des documents numériques infalsifiables, à l’aide de la cryptographie, mais beaucoup plus difficile d’assurer le point 4 et le point 5.

Bitcoin propose une solution à tout cela en sacrifiant la confidentialité des transactions. Celles-ci sont visibles publiquement, ce qui permet leur vérification par un réseau décentralisé, comme dans beaucoup de protocoles pair-à-pair. L’idée est qu’avec un nombre suffisamment grand de partenaires d’origines et d’intérêts variés, une collusion entre eux pour falsifier les transactions est impossible.

Le cœur du système Bitcoin

Il existe donc deux principaux types d’acteurs dans Bitcoin :

  • vous et moi, avec nos portes-monnaie ;
  • le système de vérification et authentification des Bitcoins, aussi appelé les mineurs, qui fabriquent la monnaie, gardent trace des transactions validées, et reçoivent éventuellement une commission sur les transactions.

À cela s’ajoute tout un ensemble d’intermédiaires : places de marché diverses, accès au journal des transactions sur blockchain.info, agrégation de cours, etc.

La création de monnaie

La quantité de Bitcoins est fixée arbitrairement par l’algorithme initial. Pour éviter que n’importe qui puisse créer de la monnaie, sa création est volontairement difficile et repose sur le concept de preuve de travail. Ce travail est effectué par les ordinateurs en réseau des mineurs.

Le nombre total d’unités Bitcoin est mathématiquement limité à 21 millions. À ce jour, environ la moitié ont déjà été mis en circulation, à un taux qui se ralentira régulièrement au fil du temps.

Le Bitcoin ne peut donc, à la différence des monnaies classiques, être régulé par une banque centrale qui créerait ou détruirait de la monnaie à volonté pour amortir les variations de cours et l’inflation. C’est à la fois ce qui fait sa force et sa vulnérabilité.

File:Total bitcoins over time.png

Comment fonctionne le porte-monnaie ?

Un porte-monnaie Bitcoin est une paire de clés cryptographiques publique/privée. Le porte-monnaie ne contient rien d’autre, il permet juste d’insérer de nouvelles transactions signées dans le système Bitcoin.

La clé publique est le “numéro de compte” ou l'”adresse” Bitcoin. N’importe qui disposant d’un porte-monnaie crédité peut envoyer des Bitcoins à cette adresse.

La clé privée permet de signer des transactions pour dépenser de l’argent en faveur d’un autre porte-monnaie. On peut en outre y ajouter une commission, non obligatoire, pour que la transaction soit plus rapidement validée par les mineurs.

En effet, il est possible de signer absolument n’importe quelle transaction, aussi farfelue soit-elle.  C’est là que le réseau Bitcoin entre en jeu : on s’assure dans l’historique que la somme dépensée a bien été reçue au préalable sur le compte émetteur via des transactions créditrices. Les mineurs dépensent du temps de calcul informatique à créer, toutes les 10 minutes, un bloc signé contenant les dernières transactions. Ils sont rémunérés pour cela par les commissions facultatives à l’initiative de l’émetteur de la transaction.

On voit donc que Bitcoin ne fonctionne pas sur des conservations de totaux créditeurs, mais sur des deltas : une transaction de dépense n’est valide que s’il est possible de lui faire correspondre des transactions antérieures de recettes pour un montant suffisant, non déjà dépensées.

La sécurité du porte-monnaie repose exclusivement sur la confidentialité de la clé privée. Ainsi, si certains services web proposent de la gérer eux-mêmes (certains ont déjà été piratés afin d’y vider les comptes associés), la méthode incontestablement la plus sûre est de la conserver chez soi, de préférence sur un ordinateur non connecté à Internet, voire sur un bout de papier ou une clé USB que l’on déconnecte après usage.

Il existe différents types de porte-monnaie sur ordinateur : ceux qui récupèrent une copie complète de la chaîne de transaction, qui ont besoin pour cela d’un espace disque et un volume réseau considérables, et les thin-clients, beaucoup plus simples à mettre en œuvre mais moins sûrs car dépendant d’un réseau de serveurs intermédiaires. Je n’entrerai pas ici dans les détails.

Sur la création de couples de clés pour porte-monnaie, je recommande le fascinant bitaddress.org qui montre une quantité de possibilités.

La volatilité

L”inconvénient le plus visible du Bitcoin est la variabilité de son cours de change avec les monnaies classiques, soumis à beaucoup d’aléas, paniques et manipulations, comme un cours de bourse, puisque ne dépendant que de transactions privées de gré à gré. Cette volatilité est renforcée par le nombre limité de Bitcoins en circulation et par le faible volume relatif des transactions.

Ci-dessous, voici un graphe de cours montrant en particulier la dernière bulle Bitcoin, avec l’envolée de 100€ à près de 900€ en novembre 2013, suivie d’une chute récente, qui n’est pas la première ni certainement la dernière.

Cette chute est due à la rumeur lancée ce week-end par une blague probablement pas désintéressée : le site directory.io laissait entendre qu’il avait cassé le système des clés privées. Apparemment, beaucoup de possesseurs de Bitcoins ont paniqué et ont revendu.

 

bitcoincharts

(cliquer pour agrandir)

source: Bitcoincharts.com http://bitcoincharts.com/charts/mtgoxEUR#rg360ztgSzm1g10zm2g25zv

Cours du jour BTC/EUR :

Creative Commons License
This chart is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.

Comment obtenir des Bitcoins ?

Il existe deux façons d’avoir des Bitcoins :

  1. en obtenir de quelqu’un qui en possède déjà ;
  2. être mineur, c’est à dire entrer dans le système de validation des blocs de transaction. Cela demande des moyens informatiques non négligeables. En échange de quoi, les mineurs sont rémunérés par la création de monnaie et par des commissions sur les transactions.

Le point 2 n’étant pas accessible au commun des mortels, à qui acheter des bitcoins ?

On peut déjà en échanger facilement avec des amis, le système a été conçu exactement pour cela.

On pourrait espérer également, pour les gens qui n’ont pas d’amis ou pas d’amis branchés, qu’il existe des bureaux de change “classiques” où l’on pourrait obtenir des Bitcoins en échange d’une monnaie classique, à un cours plus ou moins officiel, et sans formalité.

En fait, en raison sans doute de la variabilité des cours, il semble que personne n’ait pris le risque de lancer un tel bureau de change.

Les plateformes disponibles se contentent donc d’être des places de marché, des intermédiaires de confiance entre un vendeur et un acheteur, avec un fonctionnement similaire à celui des bourses : on place une transaction d’achat ou de vente, à un prix maximal ou minimal, et on attend qu’une contrepartie se présente. La place de marché tient trace des transactions en attente, et publie les cours le plus élevé et le plus bas, et le dernier cours du jour.

On peut citer par exemple :

  • le français bitcoin-central.net
  • le japonais mtgox.com, sans doute le plus connu  (je le croyais états-unien, merci à Stéphane Bortzmeyer et Martin Korolczuk pour la rectification)
  • le tchéquo-londonien (?) btc-e.com. Curieusement BTC-E est qualifié ici et là de Bulgare, alors que le détenteur du site indique un compte dans une banque à Prague (République Tchèque) pour une adresse postale à Londres (Royaume-Uni).

Et last but not least, le premier distributeur automatique de Bitcoins a vu le jour à Vancouver le mois dernier. Il s’agit sans doute du moyen le plus simple d’obtenir des Bitcoins à ce jour. Le distributeur propose même de créer un porte-monnaie à la volée, pour ceux qui n’en disposent pas encore.

Comment dépenser les Bitcoins ?

Une fois obtenu des Bitcoins, on peut se contenter de les conserver et de jouer avec. Mais on peut également les dépenser dans quelques magasins en ligne, mentionnés par exemple dans cet article de CNBC.

On peut encore les céder sur une bourse d’échange.

Une autre applications intéressante du Bitcoin est le transfert international sans frais avec change : en se servant uniquement du Bitcoin comme monnaie intermédiaire entre deux monnaies classiques, on peut réaliser des virements quasi instantanés d’un bout à l’autre de la planète. Le Bitcoin n’étant utilisé que pendant un court moment, la variabilité de son cours n’est pas un gros problème.

Et enfin, on peut s’en servir pour rémunérer des petits services, comme des blogs par exemple. Vous pouvez ainsi m’en donner quelques uns (cf adresse ci-dessous) si l’article vous a intéressé 🙂

Bitcoin, anonyme ? Pas vraiment

On lit ici ou là que le Bitcoin serait anonyme, mais attention : pas au sens où on l’entend habituellement.

En effet, si la relation théorique entre un porte-monnaie Bitcoin et son propriétaire n’est connue que de lui seul, puisque prouvée uniquement par la détention d’un secret mathématique,  il se dévoile plus ou moins lors des transactions qu’il effectue qui, comme on l’a vu, sont publiques par construction depuis l’origine du système. Le site blockchain.info permet ainsi de consulter toutes les transactions. Il est cependant éventuellement possible de compresser a posteriori la chaîne, en en faisant disparaître les transactions devenues superflues.

Le Bitcoin a donc un niveau de confidentialité très différent du système bancaire classique, où à l’exception de quelques paradis fiscaux l’identité des détenteurs et le détail des transactions ne sont disponibles qu’à la banque et aux autorités.

Ainsi, il est facile de consulter les transactions des porte-monnaie associés aux articles de blog suivants pour recevoir des dons :

http://www.rfc1149.net/blog/2013/05/02/why-bitcoin-transfers-are-not-instantaneous/ => https://blockchain.info/address/17Kr97KJNWrsAmgr3wJBVnLAuWqCCvAdMq

http://h16free.com/2013/11/28/27544-regardons-au-dela-de-la-bulle-bitcoin => https://blockchain.info/address/1EXgo7U3UA17u7njFK437ApCtsJvA7LdRB

Le porte-monnaie pour les dons suite à la blague de directory.io : https://blockchain.info/address/1Bv8dN7pemC5N3urfMDdAFReibefrBqCaK

Et celui qui correspond à cet article : https://blockchain.info/address/1Nb4aJWgAUAqMUCzeF2vTTDUNVNTM5ak42

Une expérience intéressante…

Bitcoin, malgré des défauts évidents qui en rendent l’utilisation délicate dans la vie de tous les jours (je n’y convertirai certainement pas toutes mes économies), a le mérite d’avoir démontré la faisabilité d’une monnaie électronique et collaborative, sans banque centrale, qui n’allait pas de soi. Cela fait déjà grincer les dents des plus dogmatiques, ce qui n’est pas pour me déplaire. Ça ne peut pas marcher parce qu’il n’y a pas d’État. Euh, mais pourquoi ? Parce que. Ah, d’accord.

Déjà, de nouvelles crypto-monnaies suivent son exemple avec quelques adaptations mineures, comme le Litecoin (LTC).

Évidemment, personne ne peut garantir avec certitude qu’il n’existe pas une vulnérabilité essentielle qui puisse faire vaciller ou s’écrouler tout l’édifice (ce qui s’est vu aussi avec des monnaies classiques). On peut seulement constater que le système a tenu presque 5 ans sans encombre.

Il est probable que nous entendrons régulièrement prononcer sa mort prochaine ou son inutilité, comme cela a été le cas à maintes reprises pour l’Internet, autre invention d’individus peu recommandables.

À ce jour je ne détiens toujours pas un seul (ni même une seule fraction de) Bitcoin, les places de marché suscitées n’étant pas accessibles sans des procédures de validation qui prennent plusieurs jours. Alors si vous souhaitez avoir la bonté de me virer quelques fractions de Bitcoin afin que je puisse jouer moi aussi, voici ci-dessous les références de mon porte-monnaie. Merci !

1Nb4aJWgAUAqMUCzeF2vTTDUNVNTM5ak42

bitcoin:1Nb4aJWgAUAqMUCzeF2vTTDUNVNTM5ak42

Références

Merci à Samuel Tardieu, Hashtable, Stéphane Bortzmeyer, Turblog, et bien sûr l’indispensable Wikipédia, pour leurs articles, avis et conseils éclairés.

Un historique sur les origines de Bitcoin : The rise and fall of Bitcoin

Une analyse intéressante : Regardons au delà de la bulle Bitcoin

Un point de vue sur le rôle supposément indispensable de l’État : A Prediction: Bitcoin Is Doomed to Fail

 

1 tip so far
0.01 BTC

Like this post? Tip me with bitcoin!

18zh1PhKxBuFHEnv8aVWzgjGMSjP67mT8k

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂