Optimisation du référencement sur moteur de recherche : le SEO est-il une arnaque ?

Le dernier métier à la mode est celui de rebouteux-web, aussi appelé (expert en) SEO pour Search Engine Optimization, littéralement optimisation pour moteurs de recherche. En français on parle plutôt de référencement ; et principalement il s’agit d’être référencé sur Google, c’est à dire être bien placé dans les résultats de ce moteur, de préférence sur la première page, et idéalement en première position.

Vu la polémique provoquée par une page concernant les pratiques du SEO rédigée par Stéphane Bortzmeyer cet été, qui s’est fait violemment prendre à partie par les professionnels de la profession, j’ai souhaité effectuer une petite démonstration pour en avoir le coeur net.

La technique de base du SEO est très simple : trouver une combinaison de mots-clés qui soit à la fois en rapport avec la page à référencer, et rare (voire inexistante) dans le reste du web. Puisque Google donne lui-même dans ses résultats le nombre de pages contenant les mots-clés demandés ou des variations de ceux-ci, évaluer leur fréquence est extrêmement facile. L’utilisation de plusieurs mots-clés dans une recherche privilégie très fortement les pages qui les contiennent tous. Plus les mots clés utilisés sont rares, plus on peut limiter leur nombre. Un voire deux mots-clés très rares peuvent suffire à placer une page en première position sur Google.

C’est Google qui choisit lui-même les mots-clés pour indexer une page. Comment procède-t-il ?

  • d’abord, il utilise naturellement le texte de la page indexée.
  • ensuite, il complète par les mots trouvés dans le nom de domaine (la partie qui suit http://, jusqu’au / suivant)
  • enfin, il ajoute les mots trouvés à droite du nom de domaine, qui donnent l’adresse de la page au sein du site.

Le poids de ces différents éléments est variable, non dévoilé par Google (cela fait partie de leur sauce secrète). On peut supposer que le nom de domaine a un poids élevé, suivi par l’URL [MàJ : en fait pas tant que ça, cf les rectifications en commentaires] et le titre, les mots du contenu ayant un poids moindre, mais il existe des ajustements pour éviter que le système soit trop facilement exploitable par des spammeurs.

N’importe quelle personne rédigeant un blog apprend vite ces notions simples. Inutile d’être un « expert en SEO ».

Un court exemple valant mieux qu’un long discours, j’ai choisi quelques mots-clés pour voir si cela fonctionne. D’abord, des mots-clés liés au référencement : référencement, SEO, optimisation, arnaque, Google, moteur, recherche, web. Parmi ces mots-clés, à ce jour le plus fréquent est web (2,5 milliards d’occurrences !), le moins fréquent est moteur (66 600 occurrences seulement). Le second moins fréquent est arnaque.

Puis j’ai choisi les trois mots-clés les moins fréquents dans la liste qui précède : arnaque, optimisation, moteur pour les placer en titre de cet article. Il a fallu compléter pour que cela constitue une phrase, j’en ai profité pour utiliser d’autres mots-clés cités. Opportunément, le logiciel WordPress qui propulse ce blog utilise le texte du titre pour constituer l’URL. Rien de plus à faire de mon côté, donc.

Ensuite, j’ai choisi au hasard 3 mots dans le dictionnaire : eupatoire, contraction et dyspepsique. Ces mots sont tellement rares (notamment eupatoire) que cette page doit probablement être la seule du web (pour l’instant) à les contenir tous les trois…

Enfin, pour compléter cet essai, j’ai inventé un mot en tapant au hasard : xkvqoiikjbzrjwqdcqsd.

Vous pouvez vérifier par vous-même le classement de la page en effectuant des recherches sur des combinaisons des mots clés qui précèdent.

Tout cela, écriture de ce texte comprise, m’a pris environ 20 minutes. Évidemment, il s’agit d’un exemple simplifié, destiné à mettre en évidence les mécanismes principaux en oeuvre.

On comprend bien qu’un expert en SEO ne peut décemment pas avouer à ses clients qu’il leur facture plusieurs centaines, voire milliers d’euros, pour un travail aussi simple. Il va donc délayer la sauce avec des techniques qui, au mieux, s’apparentent plus à l’imposition des mains ou au placebo (très bien caricaturées ici), ésotériques à souhait, et au pire relèvent du spam pur et simple contre lequel Google lutte pour préserver la qualité de ses résultats. Le but est de bien montrer que le spécialiste, c’est lui, et que ses services valent le prix élevé auquel il vous les facture.

Et l’intérêt de la page, dans tout ça ? Eh bien, personne ou presque n’en parle, à part les vendeurs honnêtes de SEO, bien que cela soit le plus important au final. Cette technique étant applicable aveuglément pour être relativement bien référencé, personne ne se soucie de la qualité du contenu. Le SEO finit par devenir une fin en soi, proposée par de mauvais professionnels à de mauvais clients…

Une fois la page référencée par Google, j’ajouterai ici les mots-clés qui permettent de la faire apparaître en bonne position dans une recherche. Évidemment, ces résultats seront susceptibles de varier au fil du temps ; encore une bonne raison pour les experts en SEO de facturer leurs services de manière récurrente…

Mise à jour : voir aussi mon article complémentaire, SEO : référencement et liens entrants.

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1PRzNFbYKFTdC9SEZC1QVa9ZUydNBkGLx5

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

39 thoughts on “Optimisation du référencement sur moteur de recherche : le SEO est-il une arnaque ?”

  1. Ça n’a pas traîné : quelques secondes après publication, cette page est le seul résultat sur ” xkvqoiikjbzrjwqdcqsd”. Bravo Google, quelle rapidité.

    Premier résultat sur “arnaque optimisation moteur” (les 3 mots-clés les moins fréquents dans la liste principale).
    Premier résultat sur “seo arnaque optimisation”.
    Premier résultat sur “seo moteur arnaque recherche”.
    Second résultat sur “seo moteur arnaque”.
    Premier résultat sur “eupatoire dyspepsique”.

  2. Pingback: Twitted by rfc1149
  3. Bonjour,

    Il est croustillant ce billet 😀

    Étant donné que les référenceurs sont des charlatans( c’est ce que tu dis clairement ici n’est-ce pas?), j’attends avec impatience que tu écrive un article dans le but de te positionner sur le terme “assurance”.

    Cela ne devrait pas être trop difficile pour toi à mon humble avis.

    Merci pour cet article, c’est toujours un régal à lire.

  4. Effectivement positionner une page sur les mots clés que tu as choisi n’a rien de compliqué et n’importe qui pourrait y arriver. Mais placer un site sur des requêtes qui ne sont jamais recherchées ne sert à rien… Tu es en train de nous parler d’un positionnement sur des requêtes longues traines là… Et à voir les techniques que tu cites dans ton article il n’est pas difficile de voir que tu n’y connais pas grand chose aux critères de pertinence retenus par les moteurs dans leur algorithme de classement. Le jour où tu essaieras et testeras de positionner un site sur des requêtes comme “location de voiture”, “vente de vin en ligne” ou “hotel paris” tu verras que les techniques que tu cites ne suffisent pas et que cela demande du temps et un travail conséquent. Enfin, regarde juste tes stats. Combien les mots clés que tu as choisi t ont apporté de visites? Je doute que “seo arnaque optimisation” soit recherché… Et effectivement un référenceur qui proposerait de positionner le site d’un client sur ces mots clés serait un arnaqueur. Ce que recherche un client lorsqu’il fait appel à un SEO c’est de se positionner sur des mots clés concurrentiels (souvent devant ces concurrents), apporter du trafic qualifié à son site et surtout réaliser des conversions.

  5. Ce qui est bien, c’est qu’en tout cas, le billet de Pierre a visiblement immédiatement attiré les “vrais professionnels” venant défendre leur bifteck face à l’impudent persifleur.

    Tiens, au fait, Pierre, je crois me souvenir d’une boîte qui avait fait faire “fortune” à ses créateurs, en son temps, pour vendre un service qui est en fait gratuit (le service de nom). Tu devrais lancer ta propre boîte de SEO, non? (qu’est-ce que ça en jette cet acronyme, ça doit faire trop classe sur un CV).

    Bizzz!

  6. Bonjour Champion.

    Je vois que tu as tout compris.
    Tu veux bien positionner une page sur l’expression “rachat de crédit”, afin qu’elle soit accessible à partir de la première page de réponse sur google.fr

    Le jour ou tu fais cela, je lirai tes recommandations comme la bible.

    Juste un truc, évite de faire un MFA sur “eupatoire dyspepsique”, il ne sera sans doute pas rentable 🙂

    En dernier lieu, ça te dirait un petit concours entre toi et moi ?
    Je te propose de te piquer la première position sur toutes les requêtes sur lesquelles tu t’es placé en première position, qu’en dis tu ?

    Maintenant, sur le fait que ce métier de SEO soit truffé de charlatans, j’en conviens, sur ce point, tu n’a pas tord, malheureusement. Mais ce n’est pas parce que certains avocats ou garagistes sont des filous qu’il faut en faire une généralité. Tu en conviendra aussi certainement, non ?

  7. Bon, bein t’es plus premier sur tes requêtes.

    Pour le rachat de crédit par contre, je suis toujours preneur.

    [repêchage de spam, merci pour ton commentaire, re-CQFD, re- j’enlève l’URL ;-)]

  8. Bon, pour la première position sur tes requêtes, c’est fini, le baume magique a piqué la place.
    En revanche, pour le rachat de crédit, je suis toujours preneur, ça m’intéresse réellement, je suis même prêt à partager les revenus que je pourrais en tirer.

    [Note de Pierre: je repêche ce commentaire qui avait été classé… en spam. J’en profite pour répondre sur le fond : bravo pour ta jolie démonstration, qui permet de vérifier par l’exemple que les techniques de SEO permettent à du contenu quelconque d’être mieux classés que du contenu pertinent. Tu m’excuseras mais j’enlève l’adresse de ton site de ce commentaire, après tout ça me semble d’assez bonne guerre]

  9. Merci à tous pour vos réponses sur ce sujet qui passionne apparemment beaucoup de monde.

    Ghislain : je ne dis pas que les référenceurs sont des charlatans, je laisse clairement (me semblait-il) entendre que certains sont sérieux.

    Vincent : cette expérience était une simple démonstration à but didactique, limitée et imparfaite. Je n’ai rien à vendre en l’occurrence et je ne prétends certes pas être un gourou du SEO. Je voulais juste en montrer les bases.

    Ta réponse, pour laquelle je te remercie, est intéressante car elle met en évidence un point que je n’ai pas abordé : le but du SEO, généralement, est de générer des ventes. Je dis généralement car on peut aussi, simplement, vouloir récupérer du trafic (site financé par la pub, ou pas d’ailleurs).

    La requête “seo arnaque optimisation” est d’un intérêt douteux en effet, elle était là pour les besoins de la démonstration, mais elle n’est pas absurde. La page est actuellement classée 4e sur “seo arnaque” qui est une requête tout à fait pertinente et possible.

    Évidemment, un professionnel cherchant à générer des ventes va rarement se faire référencer sur “arnaque”. Mais sur Internet, il n’y a pas que des professionnels cherchant à générer des ventes parlant à des internautes qui cherchent à acheter quelque chose. On peut citer par exemple le référencement de Wikipedia par Google, tout à fait utile et pertinent.

    Christian : oui, je suis moi-même surpris par la rapidité des réponses (et… leur pertinence, à plusieurs degrés). Lancer une boite de SEO, euh, je passe mon tour sur ce coup-là… pour l’instant 🙂

    Sylvain : “rachat de crédit”, bravo, très belle suggestion, dans la même lignée on se souvient des spams “refinance now!” pour le même genre de service qui étaient monnaie courante jusqu’en euuh, 2007, 2008 ? Je ne sais pas trop pourquoi ils ont disparu du jour au lendemain ; il s’agissait peut-être d’arnaques éventées depuis ? Il semble y avoir une corrélation non négligeable entre spammeurs, sites obsédés par un bon référencement et certains types de commerces.

    Merci pour la proposition de concours, mais je passe, je te fais entière confiance pour me battre rapidement sur ce terrain si l’envie t’en prend. Comme je le disais plus haut, il s’agissait d’un petit exercice didactique sans prétention pour montrer des bases que personne ne se fatigue à mettre en évidence.

    Je suis prêt également à convenir que tous les vendeurs de référencement ne sont pas des charlatans, je l’ai d’ailleurs laissé entendre, peut-être trop subtilement, dans mon texte. Je le redis donc explicitement ici.

  10. Encore un pauvre article pourri et hyper aguicheur. Tu reprends une formule facile pour attirer lien et trafic. Je casse du sucre sur le dos de quelqu’un, ou d’un groupe de personne, et je laisse monter la sauce.

    C’est trop facile.

    [Note de Pierre: je viens de repêcher ce commentaire qui avait été classé… en spam]

  11. @Sylvain > “Rachat de crédit”… Google m’affiche quelques 376 000 résultats. J’ai pas l’impression que la concurrence soit très féroce. C’est pas comme “jeux en ligne” qui m’annonce plus de 10 millions. Tu peux me dire pourquoi tu as choisi cette expression stp ?… même si c’est un poil hors sujet.

  12. Pingback: Twitted by THD_IT
  13. @Emile : le nombre de résultat n’a AUCUN lien avec la concurrence pour se positionner, la preuve : tape “accueil” dans google et regarde le nombre de résultats, et pourtant, PERSONNE ne vise cette requète

    @Pierre :
    1 : Je ne comprends pas pourquoi on viserait une requète “rare” (je fais partie des SEO), celles que je vise sont plutôt concurrentes puisque c’est là qu’est le visiteur, la requète rare c’est du bonux, et ça se positionne tout seul avec un bon site
    2 : supprimer le lien de Sylvain n’empèchera rien, puisque tes liens sont en nofollow, inutiles donc pour le positionnement dans les moteurs
    3 : pour terminer, tu ne fais qu’attaquer ceux qui ne s’intéressent pas au SEO, mais uniquement les vendeurs de vent, ceux qui te vendent des positionnements sur des mots clés que personne ne cherche, et ceux là, personnellement je leur tape aussi dessus. Tu devrais donc préciser dans ton article à qui tu t’attaques, parce que les vrais SEO seront toujours là pour défendre leur métier, Sylvain est un des meilleurs exemples ici présent.

    Sans rancunes :p

  14. Pierre : je suis tout à fais d’accord avec toi sur le fait que tous les sites internet ne sont pas là pour générer des ventes. J’imagine également que les requêtes ont été choisies simplement pour la démonstration.

    Surtout que s’agissant d’un article de blog, la problématique en terme de mots clés est totalement différente. La plupart des clients d’une agence web sont des entreprises possédant soit un site plaquette (généralement pauvre en nombre de pages), soit un site e-commerce. En fonction de la typologie du site, du secteur d’activité et des objectifs, la stratégie mise en place diffère largement (la difficulté aussi…).

    Je souhaitais simplement réagir car ton article laisse clairement entendre que le SEO n’est pas difficile et que n’importe qui peut le faire. Or, ce n’est pas le cas. Tu ne peux pas démontrer que le SEO est une arnaque simplement car ta page de blog se positionne en première page sur “SEO arnaque”…

    Comme le dis Sylvain ce n’est pas parce qu’il existe malheureusement de nombreux charlatans que tous les référenceurs le sont et que le SEO est une arnaque. C’est pourtant ce que semble souligner ton article…

    Bonne soirée !

  15. @Niko > Oui mais les résultats données sont quand même un nombre de pages à dépasser… sinon comment tu détermine le niveau de concurrence sur un mot clé précis ?

  16. Niko : merci pour ton commentaire.

    1 : viser une requête rare permet d’être bien mieux référencé et beaucoup plus facilement… la rareté d’une requête étant beaucoup plus difficile à évaluer que la position dans une page de résultats Google, cela permet de faire de belles démonstrations comme celle-ci, et comme la contre-démonstration de Sylvain.

    2 : oui peut-être (effectivement, je n’avais pas été voir le source), je fais juste allusion au fait que Sylvain a, lui, mis l’URL de cette page en jpg sur la sienne… mesquin (mais compréhensible dans une guerre de mots-clés)

    3 : je pensais… aux gens qui prétendent appliquer des techniques savantes lorsqu’elles sont en fait simplissimes. Pas moi qui décide qui va se sentir visé, car je ne visais personne en particulier.

  17. Le SEO est tellement plus que le fait de se positionner sur un mot clé. Vous croyez vraiment que des sites à très fort volume éditoriaux comme le monde, la fnac en ont quelque chose de se positionner sur tel ou tel mot clé ? non … et pourtant ils payent des fortunes pour des prestations en référencement. Optimisation strucurelle, contrôle du crawl, taux marginal d’informations, … donc voilà le seo est également un domaine ou la technique et le scientifique ont leur mots à dire. Arrétons de limiter le référencement naturel au fait de se positionner sur tel ou tel mot clé …

  18. Haha j’ai bien rigolé merci pour cet article plein d’humour.

    Le problème est que certains lecteurs non avertis sur le référencement pourraient le prendre au premier degré.

  19. @ Pierre.

    Je crois que tu as bien compris.
    Le net n’est que le reflet de la vraie vie.
    Les associations carritatives y ont leur place, le business et les commerçants aussi.
    D’ailleurs, les deux font appel aux prestations SEO.
    Si mes clients me payent pour des prestas comme celles-ci :
    http://www.axe-net.fr/actualites/referencement/seo/harley/davidson/podium/sinon/rien/187.cfm
    je fais aussi certaines choses par pur plaisir ( je ne mettrai pas d’URL, je ne souhaite pas m’en vanter, je les fais par conviction)

    Ce qui me gêne dans ton article comme dans celui de Mr B. c’est l’amalgame fait entre les truands (que je combat sans doute plus que toi), et les pros qui font un vrai travail sérieux.

    Sinon, je peux comprendre que tu t’élèves contre l’aspect commercial et financier du web. Malheureusement, je pense qu’il faut te faire une raison. Google est d’ailleurs le premier exemple, non ?

    En aparté, pour le rachat de crédit, c’était juste un exemple de requête particulièrement difficile. Elle démontre bien que la difficulté n’a rien à voir avec le nombre de résultats.

    Le nombre et la qualité des backlinks des concurrents sont de loin bien plus importants.

    Ps : je n’ai pas pu commenter ta technique pour la mayonnaise car les commentaires sont fermés. Mais sur ce coup, je te dis merci. Chacun sa spécialité. Moi, c’est le SEO. Question cuisine je te donne le trophée, tu es meilleur que moi 🙂

  20. jb : je n’ai jamais dit que le SEO se limitait au positionnement sur certains mots-clés, j’ai fait explicitement allusion à d’autres méthodes.

    Mais quand il s’agit d’être bien référencé par Google, ce sont bien les mots-clés qui constituent l’essentiel du résultat, avec les liens entrants.

    Autrement dit, l’essentiel (peut-être 80%) du résultat final est accessible par une méthode ressemblant à celle que j’expose (exemple volontairement simpliste pour les besoins de la démonstration, facile de faire mieux les doigts dans le nez pour des spécialistes) et dont je pense avoir démontré l’efficacité.

    Les liens entrants sont beaucoup plus difficiles à obtenir par des méthodes avouables, j’ai donc éludé volontairement le sujet. À plus forte raison pour les liens de qualité. Les moins scrupuleux n’hésitent pas à recourir au spam plus ou moins subtil de blogs, de forums, de listes indexées, etc.

    Et puis il reste toutes les autres méthodes « à la marge » dont vous parlez, optimisation structurelle, etc, qui permettent d’améliorer le résultat au second ordre. Par rapport au travail qu’elles demandent, ces techniques ont un rapport efficacité/temps beaucoup moins productif. Je ne suis pas sûr que cela soit exposé clairement au client…

  21. Oups, désolé de m’installer. Je voudrais juste corriger une erreur grossière dans ton article afin que des non-initiés ne prennent pas en compte de mauvais conseils.

    Le contenu de l’URL n’a qu’un poids ridicule dans le positionnement comparativement aux textes contenus dans la page. Tu le constatera aisément dans la Serp.

    Quand on fignole, on s’en sert tout de même car chaque pouième peut compter, mais c’est très secondaire.

    En espérant avoir partagé un conseil utile.

  22. Sylvain : mon opinion sur l’aspect “commercial et financier” du web n’a, de mon point de vue, aucune espèce d’importance sur le sujet du billet, qui est le fonctionnement du référencement Google dans ses grandes lignes, et comment on peut s’y insérer. C’est pourquoi j’ai été surpris par les réponses qui redéfinissaient le problème sous l’angle de l’efficacité commerciale pour démonter mon exemple comme non pertinent.

    Merci pour les précisions sur l’influence des liens, quant à moi je ne sais quasiment faire que la mayonnaise, je suis loin d’être cuisinier 😉

  23. L’intérêt d’être référencé c’est quand même d’apporter des visites. Dans ton exemple tu donnes des requêtes que personnes ne tapent et qui de plus ne donne que très peu de résultat. Donc évidement tu ressors en première page très rapidement.
    Ton expérience ne prouve rien, elle explique juste (avec beaucoup d’à peu près) comment être référencé dans google. Mais n’explique en aucun cas le vrai travail du référenceur.

  24. Bonjour,

    Petite réaction sur ce billet, ATTENTION pour les non initiés, la syntaxe de l’URL de la page n’a pas un poids majeur dans le référencement de celle – ci !

    Etant donné, que le référencement n’est pas une science exact, il y a et il y aura toujours des charlatants sur la toile !

    Dans ce contexte, et a moins de bien connaitre un intervenant, il est plus sûr d’opter pour une agence web qui propose des formules de paiment au résultat pour le référencement, et c’est notre cas !

  25. Alixant – Intégration : « L’intérêt d’être référencé c’est quand même d’apporter des visites. ». Euh, désolé mais là, déformation professionnelle sans doute, tu raisonnes en expert en SEO parlant à des clients.

    L’intérêt du référencement (vu du côté Google/utilisateur) est de permettre aux utilisateurs faisant des recherches de nature quelconque de trouver du contenu pertinent en rapport avec celles-ci.

    Quant au « vrai travail du référenceur », à part la recherche de mots-clés et l’ajustement du contenu en conséquence, après avoir consulté certains sites d’experts, je vois principalement l’obtention de liens entrants, et là on flirte directement avec la qualité des liens, les limites du spamming, risques d’être blacklisté par Google si on abuse un peu trop, etc.

  26. Je n’y connais rien.
    J’ai beaucoup aimé cet article, et peut-être encore plus les commentaires.
    Ça pique et ça fourmille !
    Merci beaucoup Pierre pour ce bon moment.
    Pour vivre heureux et libres, vivons cachés et non référencés

  27. Bien marrant cet article et les commentaires.
    C’est sur que se placer sur des requêtes inutiles est facile. Je n’ai pas compris pourquoi tu as choisi les mots clés les moins utilisés.

Comments are closed.