Petite histoire de la neutralité d’Internet à travers les âges

Comme vous le savez sûrement, la FCC (Federal Communications Commission) des USA a voté en faveur de la neutralité d’Internet aux USA.

Aussitôt, les telcos (opérateurs) US se sont élevés pour dire, en substance, que c’était une stupidité qui allait les empêcher de facturer plus cher, de mettre en place des priorités, et “donc” — je leur laisse la responsabilité du lien de causalité supposé — d’innover [alors qu’on peut démontrer, comme je l’ai fait ici, l’inverse d’un point de vue rationnel, et a fortiori quand on regarde l’histoire du Minitel tué par Internet et la loi de Moore]

Pour expliquer à nouveau pourquoi ils disent à nouveau des bêtises, il est intéressant de revenir sur différents épisodes similaires qui ont marqué l’histoire des réseaux de données.

1969 : Arpanet 1, Telcos 0

À la fin des années 1960, lorsque les concepteurs du réseau Arpanet (prédécesseur d’Internet) ont commencé à travailler, ils sont allés voir les opérateurs de télécommunications US, ou plus précisément, L‘opérateur de télécommunications US : AT&T, pour lui demander son avis sur l’architecture prévue.

AT&T a regardé les schémas de haut, et leur a répondu en substance : “écoutez les petits amis informaticiens, vous êtes bien gentils, mais votre truc, ça ne marchera jamais. Oh, vous allez bien vous amuser et échanger quelques données entre potes, mais passé une certaine échelle, tout s’écroulera. Chez nous, pour transmettre la voix, on construit les réseaux de manière fort différente, parce que la voix, c’est compliqué. Alors votre réseau ne saura jamais transmettre la voix correctement”.

Et on crut le telco. Les concepteurs d’Arpanet ont conçu Arpanet quand même, sans trop s’inspirer des conseils du telco, et pour connecter différents sites de recherche et échanger des courriers électroniques et des fichiers, cela fonctionnait très bien.

Peu après, au début des années 70, en France, Louis Pouzin et son équipe, informaticiens eux aussi, inventaient pour leur réseau expérimental Cyclades la lettre postale du numérique : le datagramme, le paquet de données ; qui disposait d’une adresse destination, comme une lettre, et qui permettait d’envoyer les données par morceaux.

Et également pendant ce temps, en France, les chercheurs de l’opérateur national concevaient également le futur réseau de transmission de données, Transpac, conçu suivant les règles de l’art, enfin, les règles de l’art des telcos, et une norme internationale, X.25. Tout cela calqué directement sur le modèle du réseau téléphonique, mais sans notion réelle de priorité, qui n’importait pas à l’époque : Transpac n’était fait que pour transporter des données, pas la voix. La voix, c’était la seule vraie application de masse des réseaux, elle était facturée cher car volumineuse, et à l’époque la connexion d’un gros serveur Transpac avait un débit largement inférieur à celui nécessaire pour une simple communication vocale.

Cyclades se développa, Transpac se développa et rapidement il fallut choisir quel serait le réseau déployé nationalement pour être commercialisé. Que croyez vous qu’il arriva ? Transpac, soutenu par l’opérateur national et conçu suivant les règles de l’art par les spécialistes de la question, remporta la manche.

1974 : Cyclades 1, X.25 0

Pendant ce temps, aux USA, Vint Cert et ses collègues reprenaient les idées de Cyclades : le datagramme, l’adressage logique, l’interconnexion des réseaux, et j’en passe, pour inventer TCP/IP qui devait permettre à Arpanet de devenir l’Internet que nous connaissons. Les telcos se pinçaient le nez devant à peu près l’intégralité de ces idées, qui violaient sauvagement les règles de l’art établies depuis des décennies par les spécialistes de la voix.

Puis au milieu des années 80 arriva en France le Minitel, qui répondait rigoureusement aux idées des telcos pour monétiser leur activité : faire payer à la connexion, à la durée, et éventuellement au débit. Car, comprenez-vous, il fallait éviter que les gens abusent du réseau et y prennent plus que leur part. Le meilleur moyen était de facturer rigoureusement à l’usage, non ?

Et on les crut. le Minitel fut un succès.

1980s : Internet 1, X.25 0

Pendant ce temps, Internet suivait le modèle des rigolos universitaires et chercheurs, qui n’étaient là que pour avoir un réseau qui marche entre eux et au moindre coût, et qui n’avaient pas les moyens de se payer X.25, équipements plus lourds, facturation plus chère, modèle moins souple.

Internet se développa d’abord aux US, puis commença à la fin des années 80 à conquérir le monde de la recherche, notamment en Europe, et finit rapidement par se trouver ici ou là nez à nez avec X.25, et lui fut largement préféré par ceux qui avaient le choix, parce qu’ils n’y connaissaient rien, les pauvres.

Quelques opérateurs Internet français ou européens, les données étant encore chères à l’époque, décidèrent d’appliquer un modèle de facturation inspiré du Minitel (qui avait pourtant amorcé son repli) pour répartir équitablement les coûts et éviter les abus, et moururent très rapidement face à ceux qui fournissaient des offres au forfait.

Voyant qu’Internet devenait de plus en plus fort, les opérateurs de télécoms n’étaient pas en reste. Ils avaient depuis la fin des années 80 travaillé sur les protocoles du futur, et en particulier l’ATM, asynchronous transfer mode. L’ATM était le réseau de données du futur : il était conçu suivant les règles de l’art et permettait de garantir la qualité de service, le débit, que-sais-je, en réservant et en facturant la réservation des ressources réseau, par souci d’équité et de business model sonnant et trébuchant.

Vous comprenez, il fallait bien que les telcos aient une motivation pour développer le réseau ! ATM était le vrai réseau des professionnels, permettrait de transporter correctement de la voix, de la vidéo, et toutes ces choses qu’Internet était totalement incapable de fournir sérieusement à grande échelle et internationalement, soyons sérieux.

Au milieu-fin des années 90, ATM était prêt et, c’était sûr selon les telcos, allait remplacer Internet dans le développement naturel des réseaux de données.

1990s : Internet 1, ATM 0

Curieusement, cela ne marcha pas : ATM était techniquement trop cher en matériel comme en utilisation, n’arriva jamais à se développer pour les communications internationales où il s’annonçait encore plus onéreux voire impossible à faire fonctionner avec les garanties luxueuses annoncées, et là encore Internet lui était quasi systématiquement préféré par les gens qui avaient le choix. L’histoire de X.25 avait tendance à bégayer.

ATM se retrouva cantonné aux département de recherche des spécialistes en télécom, et Internet devint le réseau international sérieux, c’est à dire exactement l’inverse de ce que les telcos avaient soigneusement planifié. Ceux-ci, pour éviter de se faire mettre au placard dans les 5 ans suivants, rachetèrent massivement les petits opérateurs Internet de l’époque, ou changèrent leur fusil d’épaule.

Donc nous sommes en 2015, où après 4 échecs sanglants du modèle telco des vrais spécialistes, les vrais spécialistes reviennent nous expliquer que la neutralité d’Internet, ce n’est pas bien sérieux et ça va empêcher le réseau de se développer pour faire des vraies choses dont nous allons avoir besoin très bientôt.

Alors… vous les croyez encore, vous ?

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1KMNBXofZGAMNuzpBtKXJ3RbfhP87yJjze

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂