All posts by Pierre

Informaticien de profession, ferroviphile (voire ferrovipathe), père et râleur éhonté à l'occasion.

FTTH : visite surprise d’Orange

Hier soir j’écrivais ceci : FTTH : et maintenant, les règles J3M ARCEP pour ralentir le tout

Et ce matin, coïncidence, appel surprise d’un technicien Orange qui passait faire sa visite de repérage pour ajouter l’arrivée fibre Orange sur le point de mutualisation.

Il m’a dit n’avoir reçu qu’hier soir un document SFR du 26 juin 2013 indiquant que l’immeuble serait fibré.

Orange passera installer son arrivée fibre selon lui « dans le courant du mois de février » pour une disponibilité à l’abonnement « peu après, une ou deux semaines ».

Il ne manque plus que Free à l’appel, c’est dommage car leur arrivée horizontale est déjà là depuis un bon moment…

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1DuN6CvWu7pBpzK2yHjq3LJB8xSc6hBF8w

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

FTTH : et maintenant, les règles J3M ARCEP pour ralentir le tout

(Suite de Le FTTH à Paris : on touche au but !)

Toujours en attente de la mise en service de la fibre dans l’immeuble, plus d’un mois après le passage du technicien selon qui le délai n’était que de 2 à 3 jours.

Mais c’était compter sans le “J3M”, je cite le site ARCEP :

l’opérateur d’immeuble est tenu d’envoyer 3 mois avant la mise en service commerciale du point de mutualisation (PM) un certain nombre d’informations à la liste des opérateurs destinataires des informations concernant l’installation de lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique dans les immeubles prévue à l’article R. 9-2 du CPCE (tenue à jour sur le site de l’ARCEP)

Autrement dit, l’intervention fin décembre visait à valider la disponibilité du point de mutualisation, et l’opérateur a décidé de ne faire courir le délai de 3 mois qu’à partir de ce moment, et pas avant (il aurait probablement pu décider d’anticiper la notification de mise en service, mais cela nécessiterait de prendre un petit risque : s’imposer en interne des contraintes de délai pour respecter les 3 mois).

Voilà donc la mise en service qu’on croyait imminente repoussée, au plus tôt, au 21 mars 2014…

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

16S3XunqT4K1L78Ri4chCix8DY44j97Reu

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Routage ferroviaire pour raildar.fr avec Openstreetmap et OSRM

Pour fêter la nouvelle année, que je vous souhaite à toutes et tous joyeuse et heureuse, voici une petite application web que j’ai écrite récemment pour aider au débogage des trajets de raildar.fr, qui permet d’identifier plus rapidement les problèmes à corriger dans openstreetmap.org. Voir plus bas pour des précisions de fond.

Ça se révèle assez ludique (pour les amateurs de trains).

Voici l’URL temporaire “de travail” chez moi avec un exemple de trajet Londres-Amsterdam :

https://signal.eu.org/osm/?fromto=51.534377,-0.128574,52.379018,4.899988

Pour demander un trajet, on déplace simplement les deux marqueurs et le logiciel de routage se débrouille, et affiche la distance résultante.

En voici une copie d’écran (cliquer pour agrandir) :

LondresAmsterdam

Attention, ne bourrinez pas trop sur le serveur, le calcul des routes prend quelques secondes et utilise l’instance OSRM de raildar.fr.

L’application est aussi déployée sur les serveurs de @Turblog (Bruno Spiquel) dans une version un peu moins à jour.

Quelques précisions pour ceux qui ne connaissent pas : raildar.fr utilise les données SNCF de retard, ainsi que la base cartographique openstreetmap.org. openstreetmap.org est en quelque sorte le Wikipédia de la cartographie. Chacun peut y apporter des corrections. En complément, OSRM (Open Source Routing Machine) extrait les différents graphes (routiers, ferroviaires, etc) afin de calculer des trajets de toutes sortes dans le graphe.

Mon application est éhontément dérivée du code initial de raildar.fr (écrit par , basé sur leaflet et jQuery) auquel j’ai ajouté le décodage de la sortie OSRM.

 

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1CUH3vK4HsCvAmqWWdZqtHvZfU65PmDD87

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Le FTTH à Paris : on touche au but !

Le passage tant attendu de SFR pour brancher l’arrivée fibre dite “horizontale” de leur réseau sur le câblage immeuble a eu lieu le 9 décembre.

Finalement l’arrivée choisie a été l’égout, contrairement à ce qui m’avait été dit au repérage où il avait plutôt été question d’utiliser l’arrivée par le même chemin qu’Orange.

L’arrivée étant à plus de 30 mètres du boitier de mutualisation, il a fallu poser un boitier intermédiaire d’amplification/conversion, que l’on voit ci-dessous dans le local “eau” de l’immeuble.

wpid-IMG_20131209_111958.jpg

(cliquer pour agrandir)

 

Ensuite le faisceau 2×12 fibres, commun entre SFR et Bouygues, a été posé et soudé jusqu’au point de mutualisation, ci-dessous.

wpid-IMG_20131209_112053.jpg

(cliquer pour agrandir)

De bas en haut on aperçoit :
– le coffret de répartition Bouygues, ouvert
– le coffret de répartition SFR, également ouvert
– le coffret vers les fibres verticales de l’immeuble
– le coffret de répartition pour Orange, inutilisé pour l’instant.

Il a fallu environ 1/2 journée pour terminer cette installation.

Mais nous n’étions pas encore au bout de nos peines. Il fallait encore qu’un technicien SFR passe dans l’immeuble pour tester l’installation (celle-ci ayant été probablement réalisée par des prestataires). Cette opération a eu lieu hier matin, 21 décembre. Le technicien a branché un convertisseur de média optique-cuivre, du même modèle que celui qui est fourni aux abonnés, et a vérifié par un appel au centre technique SFR que le convertisseur était bien “visible” par le réseau SFR.

Cette vérification effectuée avec succès, il ne reste plus qu’à indiquer dans le système d’information SFR que l’immeuble est enfin disponible à l’abonnement fibre. De son côté, SFR appellera ses abonnés ADSL dans l’immeuble pour leur proposer une migration avec passage d’un technicien pour poser le dernier bout de fibre sur leur palier et la box fibre.

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

13vbRpgbcm2SmsT4PgRmhX5JJBQhCgkoGn

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Apprendre à programmer à un enfant avec Scratch

Ça fait longtemps que je cherchais un moyen simple d’apprendre à mes enfants à programmer.

Je leur avais déjà montré comment faire de petits calculs en Python, alors que l’ainé connaissait à peine la table de multiplication. Ça les a intéressés, mais sans vraiment accrocher. La ligne de commande, ce n’est pas folichon.

Et puis après plusieurs recommandations, dont celle de Raphaël Pierquin, co-fondateur des coding goûters, je suis tombé sur Scratch, un projet du MIT.

Et en quelques minutes, mon fils Paul (9 ans) était accroché et avait compris le principe général. Il y a passé plus de 30 minutes hier soir et ça n’a pas été facile de l’en détacher ; et il y est revenu aujourd’hui.

Capture-scratch

(cliquer pour agrandir)

Seul petit défaut : il faut Flash dans son navigateur. La traduction française est un peu rude par endroits, mais ce n’est pas gênant.

À part ça, tout est très bien pensé.

En quelques instant l’enfant découvre ce qu’est une instruction, un programme, une boucle, un paramètre, un événement. Il comprend la rapidité de l’ordinateur qui fait que plusieurs ordres successifs donnent l’impression de s’exécuter simultanément. Il voit aussi la bêtise de l’ordinateur, qui exécute servilement ce qu’on lui demande plutôt que ce qu’on voudrait qu’il fasse.

Le premier tutoriel est très bien fait et permet de faire un tour rapide des fonctions. Ensuite, on peut aller voir les projets des autres, les copier et les modifier à sa guise.

C’est très ludique tout en présentant de façon solide les concepts de base de la programmation.

La copie d’écran ci-dessus montre ce que Paul a réalisé en environ 30 minutes, en partant de rien, en suivant le tutoriel et en ayant tout de suite envie d’inventer son propre programme avec ses idées à lui.

J’ai eu besoin de le guider un peu au début, en lui laissant la souris que sinon il m’aurait rapidement arrachée des mains pour se débrouiller tout seul, et il a continué de manière autonome, s’interrompant parfois pour me demander un peu d’aide sur des points un peu subtils de l’interface ou des commandes disponibles.

Un beau souvenir.

Mise à jour : Franck Farcy (@CallMeLx) me signale learn.code.org, plus simple et moins ouvert à la créativité, mais sympa aussi, sous forme d’exercices à compléter, qui ne nécessite pas Flash puisqu’il est réalisé en HTML5. Les exercices commencent avec les personnages de Angry Birds et les vidéos d’explication incluent notamment Mark Zuckerberg et Bill Gates 🙂

Capture-code-org

(cliquer pour agrandir)

 

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1Jw7rfHk9SA49KHLcFaAQpdF5zPbSwJeHY

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Retour sur ma lettre ouverte sur la loi de programmation militaire

Suite à ma Lettre ouverte aux députés PS, que s’est-il passé ?

J’ai eu trois réponses circonstanciées de députés : un député UMP, un député EELV, un député non inscrit. Je les en remercie.

Tous trois avaient voté contre la LPM, et me l’ont rappelé.

Côté PS, rien du tout, le néant absolu. La discipline de parti a joué à plein, de même que dans les média.

Concernant la LPM, le recours au Conseil Constitutionnel, comme on pouvait s’y attendre, a échoué. Non par manque de députés volontaires pour voter (il y en avait plus de 60) mais par considérations partisanes, certains refusant d’être associés à d’autres sur la liste de signataires du recours. Le sujet de l’article 20 de la LPM est donc jugé moins important par nos élus que les considérations partisanes et d’appareil. Dont acte, même si on pouvait également s’y attendre.

Laure de la Raudière continue courageusement et souhaite proposer une loi pour réécrire l’article 20. On peut lui souhaiter bonne chance.

Il est confirmé que la loi a effectivement été écrite très largement par les experts des services de renseignement français, qui en ont à de multiples reprises discuté avec Jean-Jacques Urvoas, comme le révèle le Canard Enchaîné et comme l’intéressé lui-même le reconnaît. De même, Jean-Pierre Sueur a défendu sur nos ondes radio le travail remarquable de nos services de renseignement. Tout ce petit monde sait donc parfaitement bien ce qu’il fait (pourquoi changer puisque c’est le fonctionnement habituel du législateur depuis des décennies), et les flous dangereux dans la rédaction de l’article 20 et de ses copains ne peuvent en aucun cas passer pour un accident. Les décrets d’application seraient déjà pratiquement prêts.

Les dérives sont inévitables, parce que l’administration aura naturellement tendance à utiliser la loi au maximum des possibilités qu’elle lui offre, comme le fait la NSA. On attend avec intérêt les cris d’orfraie de nos journaux (jusque-là muets) sur telle ou telle future affaire de fadette touchant l’un de leurs journalistes d’investigation. Aux USA, le journalisme d’investigation est déjà freiné par la peur des écoutes NSA.

J’ai fait un don à la Quadrature du Net pour sa vigilance dans la surveillance de l’appareil législatif français et européen.

Concernant les réformes possibles de nos institutions, personne n’en parle. Quand on voit la difficulté de réformes à la marge comme le non-cumul des mandats, et la timidité (pour ne pas dire l’inanité) du rapport Jospin sur la rénovation de la vie politique, qui ne cite Internet que comme plaquette d’information du politique à destination du citoyen, le citoyen comme moi a des raisons de penser que le système ne changera significativement que s’il s’écroule d’abord sur lui-même.

Et puisque mon vote n’a strictement aucune influence sur le cours des choses, qu’au contraire même on s’en sert contre moi pour me démontrer la légitimité des lois votées par les parlementaires, mais qu’en revanche le taux d’abstention est scrupuleusement suivi à chaque scrutin, il n’est pas exclu que je rejoigne les rangs des abstentionnistes. Parce que j’ai horreur d’être pris pour un idiot.

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

1PZN9z4WRUJxTEt3j1E4bwM1xdwaBpWNT4

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Combien d’électricité (donc de CO2) consomme le minage de Bitcoins ?

(mis à jour après calculs remis au carré)

On commence à lire des articles expliquant que le Bitcoin émet tant de CO2 qu’il va détruire la planète (je plaisante à peine).

Cf celui-ci par exemple où Michael Carney utilise le cours en $ du Bitcoin pour estimer son empreinte CO2… ce qui ne semble pas tenir debout une seconde.

Car les consommations et efficacités électriques du matériel de hachage sont documentées sur le wiki Bitcoin.

Ce graphique sur blockchain.info nous indique qu’actuellement, le réseau Bitcoin dans son ensemble calcule environ 9 millions de milliards (giga ou G) de hachages par seconde.

Soyons pessimistes et supposons que tout le monde (en moyenne) utilise un matériel rapide mais peu efficace électriquement, les cartes graphiques, à environ 1 Mhash/Joule. Son efficacité est similaire à celle des CPU mais bien moindre que les FPGA ou ASICs.

Bien sûr, en réalité, tout le monde dans le réseau Bitcoin n’utilise pas le même matériel.

À raison de 9 millions de Ghash/s, et 1 Mhash/Joule, nous consommons au pire 9/1 = 9 milliards de Joules par seconde pour l’ensemble du réseau. Or 1 Joule = 1 Watt.seconde.

Autrement dit le réseau consomme au maximum 9 GW (ce qui représente environ 7 tranches de centrales nucléaires françaises), soit pour une journée 9*24 = 216 GWh. Si je vous fais le KWh à 0,10€, la facture électrique est donc au maximum de 21,6 M€ (millions d’euros) chaque jour. Pas donné.

D’autre part, nous savons qu’actuellement le réseau “gagne” 25 bitcoins par bloc, avec un intervalle de 10 minutes, soit 6*25 par heure, soit 24*6*25 = 3600 bitcoins par jour.

21,6 M€ à dépenser en électricité pour gagner 3600 bitcoins, ce n’est pas du tout intéressant, même au cours actuel. On comprend pourquoi personne n’utilise plus de CPU ni cartes graphiques pour les calculs.

Si nous prenons des circuits plus efficaces, par exemple des ASICs type Avalon, à 117 MHash/J, nos coûts électriques sont divisés par 117 : plus que 77 MW de puissance instantanée pour tout le réseau (à peine une vingtaine de locomotives électrique), soit environ 1900 MWh consommés chaque jour, et une facture électrique d’environ 185 K€ pour 3600 bitcoins, soit 51€ par Bitcoin. C’est beaucoup plus séduisant.

Et enfin, si nous prenons le nec plus ultra actuel en efficacité, le Black Arrow Prospero X-3 qui nous offre 1792 MHash/J, nous ne consommons plus que 5 MW à peine : une grosse locomotive électrique. Pour la journée, et toujours la même quantité de 3600 bitcoins, la facture s’élève à 120 MWh soit la modique somme de 12 K€ seulement.

De son côté, blockchain.info sur sa page de statistiques indique actuellement (mise à jour : indiquait, car la valeur correspondante a été supprimée après cet article) 140 GWh, qu’on suppose être une consommation journalière. En raison d’une confusion entre les watts par gigahash (ce qui ne veut rien dire) et les watts par gigahash/heure, le calcul peut être considéré comme exact si on suppose une efficacité de 1,54 Mhash/J.

Le calcul (faux) de blockchain.info est : 9 000 000 Ghash/s * 650 W (??) * 24 (heures)  = 140 GWh chaque jour

Le calcul correct donnant le même résultat serait : 9 000 000 Ghash/s /1,54 Mhash/J * 24 h = 140 GWh chaque jour.

On voit donc que le calcul de blockchain.info correspond proportionnellement à l’utilisation de matériel d’une efficacité électrique de 1,54 Mhash/J, similaire d’après la liste citée ci-dessus à celle d’un CPU, c’est à dire très faible et irréaliste à ce stade de développement du réseau Bitcoin.

On voit également l’importance d’optimiser l’efficacité électrique du matériel de minage.

Je n’ai pas pris en compte la nécessité d’un ordinateur autour du matériel : j’ai supposé qu’il était “partagé” pour faire autre chose en même temps ; le prendre en compte fait bien sûr augmenter la consommation réelle. Je n’ai pas pris non plus en compte les climatisations et ventilations éventuellement nécessaires, qui peuvent représenter un surcoût électrique allant jusqu’à 100%.

Je remercie Kevin Decherf qui m’a aiguillé sur les statistiques de consommation électrique de blockchain, et nous nous sommes arraché les cheveux ensemble pour comprendre à quoi correspondaient les résultats affichés 🙂

No tips yet.
Be the first to tip!

Like this post? Tip me with bitcoin!

194hqbSFVUeiZJ9y2FwvNPfSAVcLaPteJj

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Lettre ouverte aux députés PS

Madame, Monsieur le député,

Vous avez voté pour la loi de programmation militaire (LPM), dont l’article 20 (ex 13) et ses articles connexes provoquent une polémique en raisons de dispositions intrinsèquement attentatoires à la vie privée qu’ils contiennent :

  • élargissement des motifs, largement au-delà du terrorisme ;
  • élargissement des administrations en mesure de procéder à ces récupérations de données ;
  • gestion par une autorité indépendante mais hors de contrôle de la justice.

Je vous l’ai copié pour mémoire à la fin de cette lettre, et j’ai mis certains passages, les plus inquiétants, en gras.

Car après avoir longuement réfléchi, j’ai décidé de ne pas vous écrire un nième argumentaire juridique.

D’abord parce que je ne suis pas juriste ; ensuite parce que d’autres l’ont fait beaucoup mieux que je n’en serais capable. Je pense par exemple à la quadrature du net, la fédération internationale des ligues des droits de l’homme, reporters sans frontières, le syndicat de la magistrature, l’ASIC, le Conseil National du Numérique, et bien d’autres encore.

Ensuite, et surtout, parce qu’à mon sens le problème n’est pas simplement d’ordre juridique, mais démocratique.

Ainsi, quand on m’explique que ce qui a été écrit ne correspond pas à ce qu’il faut comprendre et qui sera mis en œuvre, venant de juristes, je pense qu’on me prend pour un idiot.

Également, quand on me dit que cette loi ne fait que reprendre des lois datant de plus de 20 ans. Il y a plus de 20 ans, je n’avais pas Internet chez moi, pas de téléphone mobile, pas de tablette, tout juste une adresse de courrier électronique ; les conditions n’étaient pas du tout comparables.

Par ailleurs, le fait qu’une loi peu soucieuse de respect de la vie privée ait été votée non en 2013 mais 20 ans avant justifie-t-il qu’on conserve ses dispositions lors d’une révision ?

Enfin, quand on nous explique que ces immixtions dans nos vies privées seront autorisées dans des conditions mystérieuses sur des critères non explicités par une autorité indépendante chapeautée par un adjoint du premier ministre, je me demande si nous donnons le même sens à indépendante.

En somme, une loi objectivement attentatoire à la vie privée, dont les arguments brandis pour la défendre ne tentent que de relativiser la portée, sans la nier.

Je vous en veux d’avoir voté cette loi, d’être ou bien en accord avec la loi, ou bien esclave d’une discipline de groupe. Vous faites partie de la majorité, et le groupe de la majorité vote en bloc, plus ou moins aveuglément, toutes les lois proposées.

J’en veux à votre parti, le PS. Il reproduit depuis des décennies cette discipline de groupe. Ainsi, Christian Paul qui s’intéresse de longue date à ces questions, s’est exprimé plus ou moins implicitement contre l’article 20 mais a voté pour cette loi.

J’en veux autant au groupe UMP, esclave de la même discipline et qui, parti principal d’opposition, et après avoir collaboré à la rédaction de la loi, a voté en bloc contre la loi, parce qu’il est dans l’opposition.

Je réalise parfaitement que la même loi aurait été votée, probablement mot pour mot, par l’UMP si elle était au pouvoir, et que le PS aurait alors voté contre. Les précédents abondent.

Pourquoi ?

L’article 20 qui nous intéresse semble relever, entre autres, et cela a été dit presque explicitement, d’une volonté de simplifier le travail de l’administration, et de légaliser des pratiques courantes mais jusque là interdites (et pour cause). Je comprends que l’administration, la police, aient envie qu’on leur simplifie le travail. Mais sans doute pourrait-on en prendre acte autrement qu’en court-circuitant les procédures démocratiques.

Surtout, quand il s’agit comme dans le cas présent de nos libertés fondamentales, vous, hommes et femmes politiques, qui détenez les clés législatives, devriez jouer votre rôle de gardiens de la démocratie.

Vous devriez a fortiori être vigilants suite au scandale des écoutes de la NSA (National Security Agency) des États-Unis, déclenché par les révélations d’Edward Snowden, largement médiatisées, et qui ont provoqué une légitime indignation, y compris de la part du personnel politique français au pouvoir. Car la NSA a profité de nombreux flous juridiques en interprétant la loi dans un sens extensif pour étendre au maximum son périmètre. Or, les dispositions de l’article 20 et articles connexes sont elles-mêmes extrêmement floues ; et ce sont ces articles mêmes dont on nous assure qu’il ne faut pas les interpréter littéralement.

Le personnel politique, pour l’essentiel, ne semble pas se considérer suffisamment compétent pour avoir un avis éclairé, ni, plus grave, souhaiter acquérir les compétences qui lui manquent. Il délègue aveuglément la décision et la rédaction à quelques experts choisis, parfois dans ses propres rangs, le plus souvent dans l’administration ou la « société civile ».

Que faire ?

Dans le cas de la LPM, j’espère, sans trop y croire, que le conseil constitutionnel, qui ne peut s’auto-saisir – cela seul en dit long sur la « séparation des pouvoirs » telle qu’on la conçoit en France –, sera saisi et donnera un avis défavorable.

Une des réponses entendues a été de nous promettre une « loi sur les libertés numériques » pour 2014. Je ne pense pas vous faire injure en vous avouant que je ne crois pas une seconde que la présente disposition de la LPM y sera remise sérieusement en question.

Dans le futur, puisque mon choix n’a presque aucune importance et que c’est au final l’administration, ou certains lobbies, qui dictent l’essentiel des lois, je ne vois guère d’intérêt à donner mon suffrage pour désigner l’un de ceux qu’on appelle les « partis de gouvernement ».

Pour le reste, j’espère, sans y croire non plus, une réforme sérieuse de nos institutions, et en particulier du processus législatif afin de le rendre à nouveau digne de ce qu’un citoyen d’une démocratie moderne est en droit d’attendre.

De nombreuses personnes que j’estime et respecte tentent néanmoins d’agir pour faire avancer les choses.

Ainsi, Laure de la Raudière, Bruno Spiquel avec bien d’autres ont mis en œuvre une initiative appelée OVEI, On vous explique Internet, visant à mettre en contact le monde parlementaire et les informaticiens.

Ainsi, Laurent Chemla et Éric Walter ont proposé, indépendamment, une commission « Internet » permanente à l’assemblée nationale. Ce serait sans doute un bon début, même si ce ne serait qu’un début.

Car vous devez réaliser que le système actuel date d’une époque où la plupart des français n’avaient ni le téléphone ni la télévision, communiquaient par la poste, et s’informaient par la presse écrite et la radio, si j’ai la courtoisie de ne remonter qu’à 1958.

Depuis, si le système politique a très bien appris à exploiter les nouveaux media « descendants » (comme la télévision) pour populariser tel candidat, telle idée ou telle action, on ne peut pas en dire autant des possibilités de communication « remontante » que nous offre Internet depuis 20 ans.

Ainsi, si Internet permet aux citoyens de s’intéresser beaucoup plus facilement aux détails et aux aléas manifestes de l’activité politique, et de s’exprimer publiquement, la rénovation réciproque n’a pas eu lieu. Pour citer un exemple pourtant relativement classique dans son idée, le référendum d’initiative partagée a été soigneusement verrouillé et est inapplicable : il demande plus du triple de députés et sénateurs qu’un recours au conseil constitutionnel ! L’épisode des déclarations « publiques » de patrimoine s’est soldé par une farce pure et simple.

Le déséquilibre entre l’évolution de la société et celle de nos institutions et de nos représentants est de plus en plus criant, douloureux et dangereux.

Que le parlement se comporte ainsi en simple chambre d’enregistrement de l’administration sur des consensus qui n’existent qu’en haut lieu ne fait honneur ni à l’administration, ni à votre fonction, ni à notre démocratie. J’ai un peu la sensation qu’on confisque mon vote, qu’on néglige la démocratie et qu’on ignore mon avis.

Ce présent avis, j’estime que ne devrais même pas avoir à vous le donner, car je n’ai pas l’impression de proférer autre chose que des évidences.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur le député, l’expression de ma parfaite considération.

Pierre Beyssac

 

 

Art. L. 246‑1. – Pour les finalités énumérées à l’article L. 241‑2, peut être autorisé le recueil, auprès des opérateurs de communications électroniques et des personnes mentionnées à l’article L. 34‑1 du code des postes et des communications électroniques ainsi que des personnes mentionnées aux 1 et 2 du I de l’article 6 de la loi n° 2004‑575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, des informations ou documents traités ou conservés par leurs réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives à l’identification des numéros d’abonnement ou de connexion à des services de communications électroniques, au recensement de l’ensemble des numéros d’abonnement ou de connexion d’une personne désignée, à la localisation des équipements terminaux utilisés ainsi qu’aux communications d’un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelants, la durée et la date des communications.

Art. L. 246‑2. – I. – Les informations ou documents mentionnés à l’article L. 246‑1 sont sollicités par les agents individuellement désignés et dûment habilités des services relevant des ministres chargés de la sécurité intérieure, de la défense, de l’économie et du budget, chargés des missions prévues à l’article L. 241‑2.

II. – Les demandes des agents sont motivées et soumises à la décision d’une personnalité qualifiée placée auprès du Premier ministre. Cette personnalité est désignée pour une durée de trois ans renouvelable par la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, sur proposition du Premier ministre qui lui présente une liste d’au moins trois noms. Des adjoints pouvant la suppléer sont désignés dans les mêmes conditions. La personnalité qualifiée établit un rapport d’activité annuel adressé à la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité. Ces décisions, accompagnées de leur motif, font l’objet d’un enregistrement et sont communiquées à la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité.

Pour rappel, art. 241-2 du code de la sécurité intérieure :

Art. L241-2 Peuvent être autorisées, à titre exceptionnel, dans les conditions prévues par l’article L. 242-1, les interceptions de correspondances émises par la voie des communications électroniques ayant pour objet de rechercher des renseignements intéressant la sécurité nationale, la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France, ou la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous en application de l’article L. 212-1.

1 tip so far
0.00152 BTC

Like this post? Tip me with bitcoin!

1F7vreeRcfobpkcDtKSij4DintQ9Laf531

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Bitcoin, ce n’est pas qu’une question d’argent

À force de lire des articles ici ou la sur Bitcoin et la spéculation, on finit par croire qu’il n’y a que ça à en dire, et qu’il n’y a que lui.

D’abord, la spéculation : oui, il y en a. Si le Bitcoin n’était pas monté à $1000 au mois de novembre, on n’en parlerait sûrement pas autant aujourd’hui.

Mais il ne faut pas surtout pas oublier, en vrac :

  • que le Bitcoin est la première monnaie non centralisée ;
  • qu’il s’inspire des technologies pair-à-pair ;
  • que son procédé représente de réelles avancées théoriques en matière d’informatique répartie ; le Bitcoin n’est pas juste un logiciel écrit en vitesse sur un… coin de table à la fin d’un repas bien arrosé.
  • qu’il existe donc, maintenant, de nombreuses autres crypto-monnaies bâties sur ce modèle plus ou moins modifié ;
  • et surtout, que les avancées citées plus haut ont bien d’autres applications que la création de monnaie !

Car le fonctionnement du Bitcoin se fonde sur un journal de transactions réparti et sécurisé, horodaté et inaltérable.

Si la première application en est la monnaie, il y en aura bien d’autres. C’est une certitude.

Par exemple les registres de toutes sortes, actuellement centralisés : déjà le namecoin s’intéresse aux noms de domaine, dans un mélange assez curieux.

Mais on peut imaginer de transposer ainsi une bonne part de tous les registres administratifs. Registre des naissances, de propriété, notariat, preuves d’antériorité, authentification de documents…

Bref, le Bitcoin est beaucoup plus qu’une simple évolution de la monnaie.

On n’a pas fini de voir des industries entières forcées de réviser leur activité, un nouveau point commun entre le Bitcoin et Internet.

Les levées de boucliers commencent donc à peine.

1 tip so far
0.005 BTC

Like this post? Tip me with bitcoin!

1GjwruvHQp9QyQwK1T9wepDj4uStytRV5q

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂

Comprendre le minage Bitcoin

Ayant poursuivi mes réflexions après mon article précédent, je me suis intéressé au fonctionnement du minage de bitcoins.

Pour commencer, une petite démonstration de mathématiques

Supposons que vous ne soyez pas très bon en maths et que vous ne connaissiez que la multiplication, pas la division.

Par quels chiffres doit-on compléter les xxx dans 4025249123xxx pour que le résultat de sa multiplication par 7 se termine par 30 ?

Le plus simple est d’essayer les combinaisons une par une :

  • 4025249123000 x 7 = 28176743861000
  • 4025249123001 x 7 = 28176743861007
  • 4025249123002 x 7 = 28176743861014
  • 4025249123003 x 7 = 28176743861021
  • 4025249123004 x 7 = 28176743861028
  • 4025249123005 x 7 = 28176743861035

En continuant ainsi on finit par tomber sur une bonne combinaison :

  • 4025249123090 x 7 = 28176743861630

Mais ce n’est pas la seule, on aurait pu également trouver :

  • 4025249123190 x 7 = 28176743862330

Une fois la solution trouvée, n’importe qui sachant calculer une multiplication peut la vérifier très rapidement.

Revenons à nos bitcoins…

Ce qui précède, c’est le principe général du “travail” Bitcoin, qui permet simultanément de rendre compliquées la création de monnaie et la validation des transactions, afin que n’importe qui ne fasse pas n’importe quoi, tout en rendant très facile leur vérification.

À la place de la multiplication par 7, on utilise une fonction de cryptographie appelée un hachage, ici SHA256, qui à partir d’un paquet de données binaires produit 256 bits de résultat (d’où son nom), d’une manière qu’on ne sait pas inverser. Ce genre de fonction est abondamment utilisé pour des signatures électroniques : le seul moyen pour trouver un paquet en entrée fournissant la sortie voulue, c’est de faire un grand nombre d’essais au hasard en appliquant la fonction (on dit force brute).

Ainsi le hachage SHA256 du paragraphe qui précède est 2756436ec1d5614b9e22840bf4f5bbbc580c897973d1e4607dc0a723f8d75073. En enlevant juste la première lettre, on obtient 6b8dc910fa3b2c8e3d40244869d5e1a5fe7753a1862eed5a306d2fceb6fe60fb.

À la place du nombre à compléter, on utilise une liste de transactions Bitcoin déjà signées par les clés des émetteurs, avec un emplacement à remplir appelé la nonce. (en fait le principe est similaire mais un petit peu plus compliqué, voir ce billet chez Turblog pour des détails techniques plus précis).

Au lieu de chercher un nombre se terminant par 30, on cherche un nombre inférieur à une certaine valeur, donc commençant par un certain nombre de zéros.

Et tous les ordinateurs du réseau Bitcoin cherchent simultanément des solutions à ce paquet, ce qui revient en gros à effectuer des tirages au sort vérifiables a posteriori.

En fait, plus précisément, chaque ordinateur cherche sa solution : car dans le paquet, il indique la transaction vers son compte, qui bénéficiera des Bitcoins qui rémunéreront son travail pour le paquet. Donc chacun trouve des valeurs SHA256 totalement différentes.

Le premier à trouver une solution a gagné. Il empoche le nombre de Bitcoins attribués au paquet (25 actuellement, 50 au début, et ce nombre va se réduire au fil du temps), et les commissions sur toutes les transactions du paquet.

La difficulté du problème (le nombre de chiffres prédéterminés dans la sortie) est ajustée afin qu’en moyenne, un nouveau paquet soit calculé toutes les 10 minutes.

Quel intérêt concret à être mineur ?

Évidemment, les ordinateurs rapides sont avantagés, et après l’exploitation des capacités de calcul rapide des cartes graphiques 3D, il existe maintenant des circuits électroniques spécialisés pour calculer beaucoup plus vite des hachages de paquets Bitcoin. Après les FPGA (circuits reprogrammables par le client), plus rapides moins gourmands en électricité (merci à Y. Rougy pour la précision) que les cartes graphiques, le Bitcoin est entré dans l’ère des ASIC (circuits intégrés classiques, fabriqués en usine pour cette application particulière, beaucoup plus rapides).

Ainsi, à la difficulté actuelle, il faudrait en moyenne 6882 années à mon ordinateur de bureau (14 millions de hachages par seconde) pour trouver un bloc et gagner 25 bitcoins. C’est ce que me dit ce calculateur de minage. Côté Litecoin, les algorithmes et difficultés sont différents, il ne me faudrait qu’environ 11 ans d’après https://www.litecoinpool.org/calc.

Pour comparaison, avec les circuits spécialisés les plus rapides du moment cités sur cette page de comparaison des performances matérielles, il faut environ 4 jours par bloc Bitcoin.

Plus il existe d’ordinateurs dans le réseau, et plus ils sont rapides, plus la difficulté est augmentée afin qu’il ne soit pas trop facile de créer de la monnaie et que le rythme moyen reste constant. Je ne sais pas si la réciproque est vraie (mais je pense que oui, le protocole semblant bien pensé) : on peut imaginer que la force de calcul se réduise soudainement, soit par disparition d’une équipe de mineurs, soit par panne, etc.

Il existe en tout cas une véritable course aux capacités de calcul : l’ajout de capacité avantage celui qui la détient, mais pousse la difficulté générale à la hausse, toutes choses égales par ailleurs en termes de services effectifs rendus.

La rentabilité du minage de bitcoins dépend du cours de celui-ci, de la difficulté des calculs et des coûts d’investissement et de fonctionnement (électricité et climatisation, notamment). Si l’activité est très rentable, elle attirera beaucoup de mineurs, ce qui en réduira mécaniquement la rentabilité de deux manières, augmentation de la difficulté et répartition des gains sur un plus grand nombre de mineurs.

Groupes de minage ou minage solo

Il existe un écueil au minage : les temps élevés pour découverte d’un bloc. On gagne beaucoup, mais très rarement, et rien du tout la plupart du temps. C’est pour cela que des groupes se constituent, visant à multiplier les chances de récupérer des blocs, et lissant les gains en les répartissant au sein du groupe.

Cette page sur le wiki Bitcoin présente plus en détail l’activité des groupes de mineurs, et ce comparatif décrit les groupes, notamment les différentes façons de répartir les gains.

La gestion de groupes introduit un autre problème intéressant : le taux de découverte de bloc étant très faible, comment s’assurer que les mineurs qui ne trouvent pas cherchent effectivement et ne sont pas des parasites qui ne viennent qu’empocher leur part des gains ? Des méthodes ont été inventées pour donner des preuves de travail.

Solo = Loto ?

Pour rire, j’ai voulu comparer les espérance de gain du minage en solo à celles, assez similaires, d’un gain de 5 numéros au Loto pour quelqu’un qui jouerait une fois par semaine.

Sauf erreur de ma part, donc :

  • gain (calculé sur un cours de 600€ par bitcoin soit 25 bitcoins = 15 000€) environ 6 fois plus faible
  • chances de gain 3 fois plus élevée (temps moyen par bloc : 6882 ans au lieu de 20 000 ans environ)
  • dépense équivalente : en supposant une consommation de l’ordinateur d’environ 100 W donc 16,8 KWh chaque semaine, soit 2,23€, contre 2€ la grille de Loto.
  • et je n’ai pas inclus le coût d’acquisition et d’amortissement de l’ordinateur.
  • il faut ajouter, aux gains du Bitcoin, les commissions de transaction, qui représentent relativement peu actuellement (environ 0,2 à 0,4 bitcoin par bloc en général ; tout cela est visible sur blockchain.info)

Je précise que cette évaluation à la louche ne tient pas compte d’autres facteurs potentiels, notamment les refus peut-être plus probables d’un bloc si votre ordinateur est vraiment très lent, ou des délais de transmission, qui réduisent peut-être notablement les chances effectives de gains. En effet je n’ai jamais trouvé un bloc Bitcoin de ma vie, ce qui n’est pas étonnant quand on sait que je n’ai pas beaucoup tenté ma chance.

Si on intègre les rapports complets du Loto (tous les gains, pour toutes les combinaisons de chiffres), c’est moins glorieux pour le Bitcoin. En effet, au Loto on peut espérer récolter environ 1€ par semaine, soit 358 000 euros en 6882 années, ce qui représente 24 fois les gains en Bitcoin au cours actuel.

Mais, quand on se rappelle que tout cela chatouille gentiment les pieds des États, des banques centrales et des banques de détail, ce que ne fait pas du tout le Loto, on conviendra que cette satisfaction immatérielle a elle aussi une certaine valeur.

Commentaires et corrections bienvenus, bien entendu.

1 tip so far
0.00088101 BTC

Like this post? Tip me with bitcoin!

1Q8DATVZc3NsrTa26oRCNy3H2CaqaMBJnM

If you enjoyed reading this post, please consider tipping me using Bitcoin. Each post gets its own unique Bitcoin address so by tipping you're also telling me what you liked, in addition to contributing to the blog hardware and electricity, and perhaps a few beers if you don't mind 🙂